A notti aspetta

 La nuit attend

  éditions Colonna

 

a notti aspetta

 

 

La pénombre et la nuit attirent bien plus les poètes que l’aveuglante clarté du jour avec son cortège de certitudes et de vérités révélées. On ne s’étonnera pas, dans ces conditions, que la poésie insulaire y soit également sensible, malgré le  rayonnement solaire intense qui baigne la Corse une bonne partie de l’année.

Mais de quelle nuit s’agit-il donc ? De celle qui rend visible les étoiles lointaines ? De celle dont on attend la venue, après la brûlure d’un feu intense, ou de celle dont la beauté insolente est un défi permanent à la vanité du monde visible.

Les textes du présent recueil semblent renvoyer à cette intuition d’une grande étendue nocturne, source de vie et de plénitude, dont la poésie est susceptible d’en recueillir le suc.



 

Adrizzu

Fètila senta sta boci chì mai ùn parla
Boci ammutulita cascata in a vadina
Boci svrimbatoghja cuddata versu i punti
Boci serena cantendu pianu pianu

Chì vi ci voli par fà
Ciò chè vo t’aveti à fà
Una boci più maiò
Un’di sti boci carca à steddi
Vistuta di seta cuparta d’oru

Di tutti quiddi bisognu ùn avemu
Tantu chè ci ferma sta boci muta
Quidda chì dici ciò ch’ùn vulemu
Quidda chì parla quand’è i labbra si strìgnini

Quidda chì sempri si chjama boci
Senza u batesimu di a noscia parolla
 
Adresse

Faites la entendre cette voix qui jamais ne dit mot
Cette voix perdue dans le fond du ruisseau
Voix de fêlure réfugiée sur les hauteurs
Voix sereine qui berce en chantant

Que vous faut-il pour faire
Ce que vous devez accomplir
Une plus grande voix
Une de ces voix à la traîne étoilée
Vêtue de soie couverte d’or

De tout cela nous n’en avons cure
Tant qu’il nous reste cette voix muette
Celle qui raconte ce que nous ne voulons pas
Celle qui parle lorsque la bouche se ferme

Celle qui porte encore le nom de voix
Sans avoir reçu l’onction de notre verbe




Timoni

« tutti i partenzi
   scritti da i timoni »
         Alanu di Meglio

È vo chì suminàiati steddi
Nantu à u sulaghju marinu di a mimoria
Ùn pudareti dinò fà
Com’è i marinari
È dì à tutti chè u briaccu ùn si ni scorda

Ùn si ni scorda di sti castedda
Piantati versu culandi
Ùn si ni scorda di l’omini stantarati

Ma comu hè chè vo ùn n’eti micca sapiutu
Ricunoscia a strada di l’acceddu
Nantu à u visu di i timunieri



Timons

« tous ces départs
écrits par les timons »
        Alain di Meglio

Et vous qui semiez des étoiles
Sur le plancher marin de la mémoire
Ne pourriez-vous faire
Comme les marins
Et crier au monde que l’ivrogne n’oublie pas

Il n’oublie pas ces châteaux
Dressés vers l’horizon
Il n’oublie pas les hommes pétrifiés

Mais pourquoi n’avez-vous su
Reconnaître la route de l’oiseau
Sur le visage des timoniers


Quì è culà

Pudarìami essa versu culà
À francà chjassa è boschi
À metta peda in a fanga
Ma quì stemu

Ogni strada ogni passu
Hè par no un abissu
È l’abissu ci appaura chì ci stà vicinu

Hè cusi chè no ci mittimu à d’avè un antru visu
Un visu accrianzatu
Chì ci faci stà bassi
Quandu  i ghjorna di l’istatina si ni vani
Versu stu bagnu murtali
Chè no chjamaremu vilenu

 
Ici et là

Nous pourrions être vers là bas
À franchir sentiers et bosquets
À mettre les pieds dans la boue
Mais nous restons ici

Chaque route chaque pas
Est pour nous un abysse
Et nous avons peur de cet abysse si proche

C’est ainsi que nous prenons un autre visage
Un visage éduqué
Qui nous ordonne de nous taire
Lorsque partent  les jours d’été
Vers ce bain funèbre
Que nous nommerons venin




Lati è lumu

Ùn ci hè tantu lumu
In punta à la muntagna
Ci hè stu lati biancu
Chè no biimu ogni matina
U biimu quand’è donna si pittina
È a sera quand’idda si spodda

Lati iè ma lumu mancu di stampa

U pudareti truvà da daretu à i ripa
O sottu à u murzu lisciu è chjaru
Cantendu à l’appiattu à boci quasgi spinta

Pò essa dinò quì sopra à i pàgini vèrgini
Mai scritti eppò mai stampati
Iè di sicuru quì u pudareti scuntrà
Inchjudatu in a fola chì sussura
Inquattratu à surisi chì spùntani

Eppò veni à dì chè certi ghjorna
Di pocu manghjà
Lumu si metti ancu in u lati
Ma tandu
Lati ùn hè più
Hà scambiatu a so chjara condizioni
Pà una prumessa d’alta rinumata

 
Lait et lumière

Il n’y a guère de lumière
Tout en haut de la montagne
Il y a ce lait blanc
Que nous buvons chaque matin
Nous le buvons lorsque femme se peigne
Et le soir lorsqu’elle se dénude

Du lait oui mais de lumière point

Vous pourrez la débusquer derrière les rives
Ou sous la mousse lisse et claire
Chantant en cachette d’une  voix presque éteinte

Elle peut aussi être ici sur les pages blanches
Jamais écrites et jamais imprimées
Oui à coup sûr vous pourrez la surprendre
Au cœur du conte qui murmure
Entre deux sourires à peine esquissés

Et puis il faut dire que certains jours
Lorsque l’appétit fait défaut
La lumière inonde le lait
Mais alors
Ce n’est plus du lait
Il est passé de sa claire apparence
À la promesse d’une haute renommée



Sta sera

«  Ci sὸ tanti morti
    Stupendu tarra pà u pettu »   Kateb Yacine

Sta sera semu monachi
Monachi inchjustrati prichendu d’una stessa fedi
I nosci canta si perdini in l’alta cima
Di u nosciu ghjuramentu

T’avemu i pedi scalzi è u capu tusu
È andemu par issi chjassa sfurtunati
Piddendu rizu quand’è u ci danni
Stendu a panza biotta quand’iddu ùn ci hè nienti

Sta sera semu monachi
Monachi tibetani è bramemu l’aiutu
Nienti ùn avemu è tuttu vi demu
I nosci bracia magri
I nosci anchi sgranfiati
È ancu u nosciu fiatu di poca furtuna

Sta sera andaremu una antra volta
À sunna l’ora di u vesperinu
Faremu rimori chè ognunu sintissi
È s’è li campani s’ammutuliscini
I nosci capa tusi farani ribumbà u trostu
Di sti bastunati è di sti fucilati
Chè Dìu hà urdunatu

No sta sera andaremu
 
Ce soir

«  Il y a tant de morts
    Crachant la terre par la poitrine »   Kateb Yacine


 Ce soir nous sommes moines
Moines cloitrés priant d’une même foi
Nos chants se perdent vers les hauteurs
De notre serment

Nous sommes pieds nus et tête rasée
Et allons par les chemins d’infortune
Prenant le riz que l’on nous offre
Restant le ventre vide lorsque nous n’avons rien

Ce soir nous sommes moines
Moines tibétains et espérons de  l’aide
Nous ne possédons rien et  vous donnons tout
Nos bras décharnés
Nos jambes lacérées
Et jusqu’à notre pauvre souffle

Ce soir nous irons une fois encore
Sonner l’heure des vêpres
Nous serons bruyants pour que chacun entende
Et si les cloches demeurent muettes
Nos crânes rasés porteront l’écho
Des coups de bâtons et des coups de fusil
Que Dieu a ordonnés

Nous ce soir nous irons



Sdrughjera

« Eru udiatu
Chì  lighjittimazioni »
                      Marcu Biancarelli

Gesti sbagliati da u surisu tortu
Òmini ferti da a saetta salvatricia
Longhi filarati di parolli persi
Sminticati di sti bocchi bughjosi

Mai ùn sapareti fà
U traghjetu chì và
Da quì à culà
Da la cima à l’infondu

L’urgoliu sarà à voscia manera
Di fà chjuda i boci paisani

 
Deliquescence


«  J’étais haï
 Quelle légitimité »
                        Marc Biancarelli


Gestes égarés par le sourire grimaçant
Hommes blessés par la foudre salvatrice
Longues litanies de paroles perdues
Oubliées là  par ces bouches obscures

Jamais vous ne saurez faire
La route  qui va
D’ici à là bas
Du sommet à l’abîme

L’orgueil est sans doute votre façon
De faire taire la voix des peuples


 
Quiddu chì sfughji

« Sò ghjelosu di e candelle di l’acqua »
                                                   Stefanu Pergola




Dettimi ghjustu u tempu di piddà stu sgardu
Chì s’arrùina
Iè un mumentu nienti chè un mumentu
Par tuccà di u me ditu
Stu brionu narbosu
Com’è un sgridu zitiddinu
Sapeti quiddu chì facìa trimulà a còtula
Carriata par fiumu più lestru chè ventu

Aiò detimilu stu cortu mumentu
A vi dumandu in carità
 
Celui qui fuit

« Je suis jaloux des gouttes d’eau »
            Etienne Pergola



Donnez moi juste le temps de sauver ce regard
Qui se perd
Oui un instant rien qu’un instant
Afin de toucher de mon doigt
Ce cri perçant
Comme un hurlement d’enfant
Vous savez celui qui faisait trembler le galet
Charrié par le fleuve plus rapide que le vent

Allez accordez le moi ce court instant
Je vous le demande par charité


 
Boci marina

 
« Di u mari a boci alluntanata canta »
            Max Rouquette

Una boci alluntanata è linda canta è ricanta
Veni da quì passa da culandi
Franchendu sarri piaghji è fiuma
Viaghja senza riposu
Calchi volti gattiva è calchi volti nò

Sarà boci muntagnola
Sta candedda di petra dura
Pinsètivi hè a boci marina
 Di l’onda senza fondu
Quidda chì strupieghja è scranfienghja
Brusgiendu senza sapè

L’avìani vulsuta incatinata
Èccula schiaffitendu
Com’è una làcrima nantu à un visu di donna

Un  altru mari senza cunfina

 
Voix de la mer

« De la mer chante la voix lointaine »
            Max Rouquette

Une voix lointaine et pure n’en finit pas de chanter
Elle vient ici elle va là-bas
Franchissant crêtes  plaines et fleuves
Elle court sans répit
Parfois méchante et parfois non

Elle est peut-être la voix des montagnes
Cette pépite de pierre dure
Mais non  elle c’est voix de la mer
De cette eau sans fond
Celle qui blesse et qui griffe
Et brûle sans le  savoir

On l’avait voulue prisonnière
La voici qui gifle
Comme une larme sur une joue de femme

Une autre mer sans limite


 
 
A fighjulera

« …a  mimoria niedda
   di a nevi. »

            Jaume Pont



Nò fàciuli ùn hè
Ùn hè micca cusì fàciuli
D’accoda a mani è a so ombra
A solitudina di l’arba barona
O u lamentu di u pezzu di carri
Maciddatu senza rimorsu
Bisognu à grondà l’arechja
À fà zittu
Chjappendu un silenziu
Carcu à burbuddumu

Ci voli dinò à scavà
À scavà sempri
È addunicia a forza di l’omu
È l’ochji sturdulitu di u ziteddu

A donna idda
Si ni stà sempri quì
 
Le regard

« …la mémoire triste
   de la neige. »

           Jaume Pont



Non ce n’est pas facile
Ce n’est pas si facile
De cueillir la main et son ombre
La solitude du thym
Ou la complainte du lambeau de viande
Charcuté sans remord
Il faut savoir tendre l’oreille
Et se taire
Captant  un silence
Lourd  de bruissements

Il faut aussi creuser
Et creuser encore
Et unir la force de l’homme
Au regard incrédule de l’enfant

La femme elle
Se tient toujours ici


 
Uspitalità

“ Cunnoscu u to nome è po
Rifacciu i to passi è po”
                                     Stefanu Pergola

Ùn sparghjeti micca
Ciò chè vo aveti accoltu
L’affari ùn l’aveti micca arrubati
Si sò missi in mani da par iddi
Ani circatu appoghju
È pinsaiani d’avellu trovu

Lachetili andà
S’iddi volini
S’iddi ùn dicini nienti
Ma di forza o di manera vulpina
Ùn i tiniti mai

Purtarìati à notti è u bughju
À issi tinti disgraziati
Iddi ùn ani mai fattu chè mirià
Senza vulè piddà

 
Hospitalité

« Je connais ton nom et puis
Je refais tes pas et puis »
                            Etienne Pergola

Ne dispersez pas
Ce que vous avez rassemblé
Vous n’avez pas volé ces objets
Ils sont venus vers vous d’eux-mêmes
Ils ont cherché une aide
Et ils pensaient l’avoir trouvée

Laissez-les aller
S’ils le veulent
S’ils ne disent rien
Mais par force ou par malice
Ne les retenez pas

C’est la nuit que vous apporteriez
A ces pauvres malheureux
Eux  n’ont jamais  fait que regarder
Sans désir de posséder

 


Forza di u fiatu

« Pesanu
i centu ricordi genitori”
            Ghjacumu. Fusina


Ùn andeti micca versu sta boci chì chjama
Mandeti a voscia boci
È lachetila andà
Ch’ùn hà bisognu d’altru nienti
Sta boci chì chjama

S’è vo circheti à fà di più
Aveti da svaluriscia u so parè
È u ribombu chè vo fareti
Hà da sfraià a so mimoria

Purteti puri i vo dui mani versu a bocca
È senza sfurzà ditti
Ùn ditti mancu sussuleti pianu pianu
Sussuleti sta canzona di li tempa fà
Di scopa è di ventu marinu
Sintareti tandu u ribombu chè vo cunnisciti

Hè u ribombu di a boci chì chjama
Senza spirenza è senza vulintà
Una boci stancata
Ch’ùn si voli addurmintà




Force du souffle

«  Ils pèsent
les mille souvenirs qui t’ont enfanté »
                 Jacques Fusina


N’allez pas vers cette voix qui appelle
Envoyez votre voix
Et laissez la  aller
Elle n’a besoin de rien d’autre
Cette voix qui appelle

Si vous tentez de faire plus
Vous allez faire pâlir son image
Et l’écho que vous ferez naître
Fera vaciller sa mémoire

Mettez vos deux mains autour de la bouche
Et sans forcer dites
Ne dites pas murmurez tout doucement
Murmurez cette chanson surannée
De bruyère et de vent de mer
Vous entendrez alors l’écho que vous connaissez

C’est l’écho de la voix qui appelle
Sans espoir et sans grand désir
Une voix éreintée
Qui ne veut pas s’endormir



U iè di l’altra matina


Aghju da dì chè nὸ
Chè stu nὸ m’assumidda
Ùn l’aghju micca fattu
Ma com’è mè hè

Di più ùn a vi possu dì
È pensu chè vo l’aveti capitu

U nὸ di sti ghjorna
Hè u iè di l’altri matini
Hè tamantu à una croci
Hè pilutu è mal’ accunciatu
Ma u me cumpari hè

À lacammi iddu ùn voli
À fà pocu trostu iddu ùn sà
Hè par quissa chè mai
Ùn l’aghju lacatu andà

Appiciccatu à i me spoddi
Faci neci d’ùn vèdami
Dia essa par quissa chè u tistucciu
Ùn l’aghju mai datu





Le oui de l’autre matin


Je vais dire que non
Que ce non me ressemble
Je ne l’ai pas fait
Mais il est comme moi

Je ne peux vous en dire plus
Et je crois que vous l’avez compris

Le non de ces jours
Est le oui de l’autre matin
Grand comme une croix
Il  est velu et mal fagoté
Mais il est mon compagnon

Il ne veut me laisser
Il ne sait faire peu de bruit
Voilà pourquoi jamais
Je ne l’ai laissé partir

Accroché à mes frusques
Il fait mine ne pas me voir
Ce doit être pour cela
Que je ne l’ai jamais contredit






Idda

« Idda
sempri in andura
è quantunca quì »

       Michel Dugué


Ed eiu ùn socu più comu chjamalla
Ùn aghju micca sottu a lingua
U nomu lisciu chì s’assumidda
À li so ochja à la so bocca
À tuttu u fiatu ch’idda strascina

Ed eiu ùn socu più à chì parlà
Ùn socu più falla cantà
M’hà resu scemu è mi ni stocu
Palpendu a notti di sti ghjurnati

T’hà tanti cosi à dì
Ch’ùn ci hè bisognu di parlani
T’hà milli cosi à fà è
Ùn ci hè più laziu par andà
 
Elle

« Elle
toujours en passage
et cependant là »

     Michel Dugué


Et moi  je ne sais plus  comment la nommer
Je n’ai pas sous la langue
Le mot lisse pouvant ressembler
À ses yeux à sa bouche
À tout ce souffle qui la suit

Et moi je ne sais plus à qui parler
Je ne sais plus la faire chanter
Elle m’a rendu fou et je demeure
Effleurant la nuit de ces journées

Elle a tant de choses à dire
Qu’il n’y a pas lieu d’en parler
Elle a mille choses à faire et
Il n’y a plus assez de force pour partir




Rochju


U rochju tinìa drittu da par iddu
Mancu una mani par sustènalu

Aghju pinsatu a una sarpi
Ma musicanti ùn ci n’era
Ghjustu una pìfana ghjuchendu senza manera
È dui mani ch’ùn a tinìani mancu
I braccia iddi erani senza spoddi
È a bocca chì buffulàia parlàia
À una antra bocca chì facìa u musu

U rochju s’era missu a ballà
Lintèndumi chè solu
Ùn vulìa più viaghjà cusì

È pò s’hè inchjaccatu da par iddu
 

Bâton


Le bâton se tenait droit
Sans même une main pour l’aider

J’ai pensé à un serpent
Mais il n’y avait pas de musicien
Juste une flûte jouant maladroitement
Et deux mains ne la tenant même pas
Les bras étaient dénudés
Et la bouche qui soufflait parlait
À une autre bouche qui elle même boudait

Le bâton s’est mis à danser
Me disant qu’étant seul
Il ne voulait plus poursuivre ainsi

Et puis il s’est de lui-même tordu



Tempa



Veni u tempu di u tempu ch’ùn passa micca
Tempu presu in u cotru
È chì ci pari com’è accantantu
Ma accantatu parchì
Eccu ciò ch’ùn saparemu mai
È cusì u tempu và
Da quì da culà
Pichjendu a dui culori disfatti
Cantendu à l’arrechja ch’ùn senti

Fendu com’è u tempu chì si ferma
Fendu neci di dà à l’ori à vena
Un pocu di u so tempu  scorsu

Socu bè chè tu ti n’eri scurdatu
 

Temps


Vient le temps du temps immobile
Temps englué dans le gel
Et qui nous semble  en attente
Mais en attente de quoi
Voici ce que jamais nous ne saurons
Et ainsi le temps va
De-ci de-là
Heurtant deux couleurs éteintes
Chantant à l’oreille qui n’entend pas

Faisant comme le temps immobile
Faisant semblant d’accorder aux heures à venir
Un peu de son temps passé

Je sais bien que tu ne l’avais plus en mémoire



Ombra di u nienti

Quandu  tuttu hè chjaru
No manghjemu u bughju
         Gaston Puel



Ci ferma u misteriu
Tinutu com’è stedda agguantata
Mancu ùn ci sarà bisognu à dì
Ch’iddi si sfràiani tutti sti monda
Nò bisognu ùn ci sarà

A mani idda strigni sempri ciò ch’idda pò
Una mani un polsu un ditu
Calcosa ferma quantunca à pocu pressu listessi
Ma stu calcosa cusì cortu
Hè sempri  meddu chè u nudda
Ancu s’iddu s’avvicina à u quasgi nienti

Misteriu fèrmati quì
Sapemu bè chè tù ci sè
 
Ombre du néant

   
Quand tout est limpide
    Nous broutons l’obscur
                              
                Gaston Puel

Il nous reste le mystère
Retenu comme une étoile prisonnière
Ce n’est pas la peine de dire
Que s’écroulent tous ces mondes
Non ce n’est pas la peine

La main quant à elle serre toujours ce qu’elle peut
Une main un poignet un doigt
Quelque chose demeure presque à l’identique
Mais ce quelque chose est si fragile
Qu’il est toujours préférable au néant
Même s’il ressemble fort à pas grand-chose

Mystère installe toi
Nous savons bien que tu es là




Goccii


I goccii cascàiani di i cascii
U surrisu spampilulaia di piacè
Lucìa l’aria marina
È l’appi iddi si ni ridìani
Pinsàiani à d’altri cosi
À l’aria frischettu di sittembri
À i diti carezzendu d’altri diti
È ancu à d’altri cosi mi pari

I goccii cascàiani sempri
Ma cascii ùn ci n’era più
Vo chì l’eti sapiuta
Ùn m’eti dittu nienti

Quissa ùn l’avarìu mai creta




Gouttes



Les gouttes tombaient des feuilles
Un sourire rayonnait de plaisir
L’air marin brillait
Et les abeilles elles s’en moquaient
Elles pensaient à d’autres choses
A l’air frais de septembre
Aux doigts caressant d’autres doigts
Et même à d’autres choses me semble-t-il

Les gouttes tombaient toujours
Mais il n’y avait plus de feuilles
Vous qui l’avez su
Vous ne m’avez rien dit

Je n’aurais jamais cru cela




Tocca à vo

« Agguantà, agguantà a sera, a mela è a stàtula »
                Jules Supervieille


Abbraccià abbraccià

Abbraccià u bizzicu di l’aceddu chì veni
È a parolla di quiddu chì stà
Abbraccià da matina l’adori di u caffè
È a prumessa di a sera pagna
Abbraccià u puteri di a goccia
È a brama di u ventu

À nienti ùn servi di spiecà
Ùn semu fatti chè par l’aspittera

Mittiti lumu vo
S’è vo pudeti
Eiu vi lacu sta parti maiò
Faci tantu tempu ch’e pugnu di veda

Mi ni staraghju accantu à vo



C’est à vous

« Saisir, saisir le soir, la pomme et la statue »
                  Jules Supervieille


Embrasser embrasser

Embrasser le bec de l’oiseau qui passe
Et la parole de celui qui reste
Embrasser au petit matin l’odeur du café
Et la promesse de l’obscurité du soir
Embrasser la puissance de la goutte
Et un désir de vent

Il ne sert à rien d’expliquer
Nous ne sommes faits que d’attente

Faites la lumière
Si vous le pouvez
Moi je vous laisse cette immense tâche
Cela fait si longtemps que je tente de voir

Je resterai tout près de vous




Si mòvani



Ùn vànini micca
Si mòvani
Ancu u pettirossu a sà
Ùn a vi dici micca ma a sà
Pugnareti di lintà un sgardu una matina
Micca di fighjulà à ochja sciupparati
Ghjustu una uchjata
Cusì passendu à l’affurtu

Vidareti com’è una partanza
Si pò assumiddà à u pinsà
Stu mondu addunitu
Chè mai ùn ci hè statu

Emu da firmà
Un pezzu di tempu
Nantu à u pratu carcu à tarabùcciuli
 


Ils s’en vont


Ils ne vont pas
Ils bougent
Même le rouge-gorge le sait
Il ne vous le dit pas mais il le sait
Essayez de jeter un oeil un matin
Ne regardez pas avec des yeux écarquillés
Juste un regard
Comme ça  à la dérobée

Vous verrez comme un départ
Peut ressembler à une pensée
Ce monde uni
Qui n’a jamais existé

Nous resterons
Pour un temps
Dans le pré aux asphodèles




Avemu dittu




Cì hè calcosa chì trimulighja
Eppò tuttu si perdi
I parolli vani par culà
A fica idda si ni stà quì
Ci hè stu pratu chì s’appri
A tarra chì si spirda
È u lumu attacatu à l’ombra
Chì ci lenta un suspiru

Eccu avali chè a stedda affaca
Ùn ci hè chè notti
Par pudècila purtà
 
Nous avons dit



Il y a quelque chose qui tremble
Et puis tout disparaît
Les paroles  vont par là
Le figuier lui s’en reste ici
Il y a le pré qui s’ouvre
La terre qui s’affole
Et la lumière à la traîne de l’ombre
Qui nous accorde un soupir

Voici maintenant que  se montre l’étoile
Il n’y a que la nuit
Pour pouvoir nous l’offrir



I dui parti di a notti



Mi ripiddarè a notti
Chè tu m’avìi lacatu
Stu ghjornu di scuntrera in punta
À u crucivia

Tamanta notti salita
Tutta intafunata à dumani

U filu strappatu
D’un lumu di ghjuventù
Mittìa u so acetu
In una mità di sonniu
Quandu l’altra parti si ni stadìa mansa

Più vicina di a mani
Chè di a bocca aparta

 
Les deux côtés de la nuit


Tu me reprendras cette nuit
Que tu m’avais cédée
Ce jour de rencontre tout en haut
Là où se croisent les chemins

Quelle grande nuit salée
Constellée de trouées vers les lendemains

Le fil cassé
D’une lumière de jeunesse
Mettait son amertume
Dans une moitié de rêve
Tandis que l’autre conservait  sa douceur

Plus près de la main
Que de la bouche ouverte




Ci era vulsutu




Eru sottu à i steddi
È cusì u celi era vardatu
Trè notti par senta mancu una volta
U sgridu stridenti di u soli ammazzatu

Ci hè vulsultu à veda
Ma nimu ùn vulìa
Ancu s’è tuttu mittia à crescia
Tuttu rifranca stu fiori lividu
Stu raspu mal’ accrianzatu chì lintàia vittuperiu
È issi spaddi chì si vultàiani
Di tantu in tantu
Versu l’ombra di u campusantu

 
Il avait fallu



J’étais sous les étoiles
Et ainsi le ciel était gardé
Trois nuits sans entendre une seule fois
Le cri strident du soleil frappé à mort

Il a fallu voir
Mais personne ne le voulait
Même si tout croissait à présent
Tout sauf cette fleur si pâle
Ce sanglot sans retenue qui vitupérait
Et ces épaules qui se retournaient
De temps à autre
Vers l’ombre du cimetière




Màscari


Ècculi
Aveti vistu sò ghjunti
Vulìani fà com’è nanzi ma
Nanzi si n’hè fughjitu franchendu
Monti è valli
Stupendu u so disgustu

Ècculi
Lèntani canzoni
Com’è furmiculi fàcini stradi
È ci fighjùlani ochja dritti
Pisendu una mani
Drizzendu un ditu

O beddi
U nanzi chè vo circheti
Hè in i capa chè vo scuntreti
S’hè stallatu  è faci com’è in casa soia
Ùn hè nè di dumani nè d’arrimani
 Nanzi ùn hè chè sbagliu d’oghji
Mancu iddu ùn si ricunnosci




Masques


Les voici
Vous avez vu ils sont arrivés
Ils voulaient faire comme au temps d’avant mais
Avant s’est enfui franchissant
Monts et vallées
Crachant son dégoût

Les voici
Ils égrènent leurs chansons
Comme les fourmis font leurs chemins
Et ils nous fixent droit dans les yeux
Levant une main
Dressant un doigt

Les amis
Le temps d’avant que vous cherchez
Est dans les têtes que vous rencontrez
Il s’y est installé et en  fait à son aise
Il n’est ni de demain ni d’hier
Le temps d’avant n’est qu’une erreur d’aujourd’hui
Lui-même ne se reconnaît plus.




Era scritta

« Era un chjassu diminticatu da l’ὸmini »   
            Louis Graal

A lingua sculisciàia senza cascà
S’arrimbàia à i lecci
S’acciutulàia suttu à a scopa
Rippidendu u so soffiu
Vulìa andà versu à u mari
Nanzi di ricuddà culà in a so sarra

A notti era fallata è mancu
Ùn si vidìa
Stàtini quì o amica
Lintàia un’altra lingua
Abbastanza vicina ma micca listessa
Stàtini quì par stasera
Dumani farà ghjornu

Ma a lingua ùn vulià micca stà
Ùn èrani i so loca ùn era u so fiumu
Hè cusi ch’idda s’hè mossa versu u so rughjonu
Ghjunta in u so puddatoghju
Lingua si n’hè andata
U viaghju l’avìa compia
 Ani scrittu nantu à so petra
Quì lingua riposa pà u sempri

Era scritta mi pari in un antra lingua

C’était écrit

«  C’était un chemin oublié par les hommes »   
             Louis Graal

La langue glissait sans tomber
Elle s’accrochait aux chênes verts
Se blottissait sous la bruyère
Tout en reprenant son souffle
Elle voulait aller vers la mer
Avant de regagner là-haut ses crêtes

La nuit était tombée
On ne voyait plus rien
Reste donc ici amie
Lâchait une autre voix
Assez voisine mais différente aussi
Reste donc ici pour ce soir
Demain il fera jour

Mais la langue ne voulait pas rester
Elle n’était ni de ce lieu ni de ce fleuve
Elle s’en est donc retournée chez elle
Arrivée là-haut
La langue s’est éteinte
Le voyage l’avait anéantie
Ils ont écrit sur sa tombe
Ici repose à jamais la langue

Je crois que c’était écrit dans une autre langue




Ciuncàghjina


Ùn avemu micca bè intesu u trostu
Ch’iddu facìa
Cì era troppu burbuddumu
Ùn si sintìa nudda
È pisà l’arechja ùn n’avemu pudutu

È pὸ s’è no avìami intesu
Chì avarìami fattu
Circà à capi mancu à pinsalla
Fà com’è iddu ùn i parlemu
Ascultà o piuttostu fà neci d’ascultà
Quissa a pudìami fà
Ma chì avarìa cambiatu

A fratiddenza và à strapiddassi in i loca sicreti
Ch’ùn  sapemu più chjamà






Bulliaciumu



S’era bulliatu ciὸ chè vo m’avìati datu
È ancu ciὸ chè mi firmàia
Mancu un siniozzu n’aghju pudutu fà

A socu
Ùn èrati micca vinuta par st’affari
Vulìati solamenti purtami u vosciu stantu
Era pocu ma hè vulinteri chè u mi dadìati

Un ghjornu aveti vulsutu alzà u vosciu rigalu
Par fanni un rigalonu
Più maiὸ chè a casa induva ùn vuliati più stà

Pudarìami dì chè di nienti
 Calcosa aveti fattu
Calcosa di tamantu ch’iddu vi faci a paùra

A vi cridìati vo di duvintà par u sempri
A patrona di sti loca





Chjamèmula

« On peut aussi partir
à la recherche de l’oiseau »
E. Guillevic



Quand’idda ti ghjunghji
Ùn a ricunosci micca sempri
Di i volti iè
Di i volti hè meddu à dì chè nò
Dipendi di mondi cosi
Com’è tu  a saparè

Ma dopu quand’idda s’hè stallata
Sbaglià ùn ti pò
Ùn ci hè chè u so calori
U so muscu
Senza parlà di a so parolla
Quidda chì parla d’idda
Senza mai dì u so veru nomu
Quidda ch’ùn hà mai scuratu l’ombra lacata
Da i prupὸsiti chì pàssani

 
Nommons-la

« Pudemu dinò parta
 à circà l’acceddu »
          E. Guillevic



Lorsqu’elle te parvient
Tu ne la reconnais pas toujours
Parfois oui
Parfois mieux vaut dire que non
Cela dépend de beaucoup de choses
Comme tu le sais

Mais ensuite lorsqu’elle s’est installée
Tu ne peux plus te tromper
Il y a cette chaleur
Son odeur
Sans évoquer sa parole
Celle qui parle d’elle
Sans jamais prononcer son nom
Celle qui jamais n’a effrayé l’ombre abandonnée
Par les propos qui passent




Scriva

« Mai ùn scrivaraghju puema di u iè »

    René Char
           



Ùn aghju mai scrittu par a vèduva
È par l’urfaneddu
Ancu menu par u vescu l’architectu o u dirittori
Mai ùn scrivaraghju par i frisgiuletti
Chè vo viditi sopra à i baretti di l’ufficiali

Hè par quiddu ch’ùn leghji ch’e scrivu
Par quiddu ch’ùn hà mancu un libru
In casa soia
Iè hè par quiddu chì mai
Ùn mi sintarà
Ch’e scrivu

È vo parchì vuleti sapè
Vo chì lighjiti ghjurnali è libra sapienti
A v’aghju dighjà ditta è socu bè
Ch’ùn mi criditi
 
Ecrire

« Je n’écrirai pas de poèmes d’acquiescement »

              René Char


Je n’ai jamais écrit pour la veuve
Et pour l’orphelin
Encore moins pour l’évêque l’architecte ou le directeur
Je n’écrirai jamais pour les rubans
Que vous voyez sur les coiffes  officielles

C’est pour celui qui ne lit pas que j’écris
Pour celui qui ne possède pas même un livre
En sa demeure
Oui c’est pour celui qui jamais
Ne m’entendra
Que j’écris

Et vous pourquoi voulez-vous donc savoir
Vous qui lisez journaux et livres savants
Je vous ai déjà répondu et je sais bien
Que vous ne me croyez pas



Ossa da lampà


Sicura chè no i lamparemu  l’ossa bughji
Di a menti in st’acqua bassa di a noscia vulintà
Di sicura hè cusi chè no faremu
Ma ùn si sà mai
S’è ci ni scurdemu
S’è ùn pudemu più
Quali hè chì a saparà a stodia

Iddu si n’hè andatu
Idda ùn hè mai quì
Iddi i busgiacaghji di u terzu ghjornu
Mancu ùn volini sapè
I lamparemu quantunqua i nosci ossa bughji
È pezza s’è l’acqua ùn hè cusi bassa
 

Des os à lancer



Bien sûr que nous les jetterons les os sombres
De la mémoire dans l’eau tranquille de notre désir
Pour sûr nous ferons ainsi
Mais sait-on jamais
Si nous l’oublions
Si nous ne pouvons plus
Qui donc connaîtra l’histoire

Lui il s’en est allé
Elle elle n’est jamais là
Eux ces quémandeurs du troisième jour
Ils ne veulent rien savoir
Nous les lancerons tout de même nos os sombres
Et tant pis si l’eau n’est pas si tranquille




Scambiamentu


« Scrivu pà fà corba di u vechju
 lumu »
            Eugenio de Andrade



Eri un fruttu troppu maiò par a branca
Chì ti purtàia
Dìa essa par quissa chè t’ani ghjittatu
In fondu à l’ortu
Versu à u putrificheghju induva nàscini
I funghi

S’è tu eri statu una petra troppa minori
T’avìani ghjittatu listessi
Versu à u murradonu mai compiu

Ma tamanta affari s’iddi frumbulani
Frutti è petri
Fàcini listessi incù Stodia è mimoria
L’Omu t’hà a so manera
Ch’ùn pudemu scambià

Pugnaremu quantunqua
 

Changement

      
« J’écris pour faire de la vieille
          lumière des corbeaux »
                Eugenio de Andrade


Tu étais un fruit trop gros pour la branche
Qui te portait
C’est probablement pour cela qu’ils t’ont jeté
Au fond du jardin
Vers le dépotoir où naissent
Les champignons

Si tu avais été une pierre trop petite
Ils t’auraient jetée de la même manière
Vers le mur à jamais inachevé

Mais qu’importe s’ils jettent
Fruits et pierres
Ils en font de même avec l’Histoire et la mémoire
C’est ainsi que l’Homme est fait
Et  nous ne pouvons le  changer

Nous tenterons tout de même


 
Canta miserosi

« U pesu di a vita in calchi manera
    Hè a mancanza »

        Paul Vincensini



Semu tutti populi in agunìa
Quand’è vo vi pirdìti in u lagnu di u ventu
Ùn vidareti mai chè steddi minuzzati
Parolli inchjudati è canta miserosi

U maiò pidda u  filu par fallu sὸiu
È pezza
Pezza par quiddi altri
Ùn avìani chè legnu
Quand’iddu t’avìa u farru

Eppò ancu una baniera stiddata
Par fà ribumbà u so cantu

Agunìa è  miseria s’arrìmbani in mùsica
 




Stà è andà

« Quand’è un omu  metti à marchjà
 laca sempri un pocu d’iddu pà issi stradi »
                Manuel Alegre


Iddi dinὸ ùn facìani chè fughja
Fughjìani l’ochja in trista manera
Fughjìani li bocchi granendu parolli
Fughjìani par andà versu culand’idda

Chjara è pura era sta manera
Un soli vinutu à strascinonu
Pisàia i càtari
Arruinàia i chjassa
Fendu firmà quiddu culà
Ch’ùn facìa mai chè parlà

A parolla hè fughjera
Un antra manera d’ùn dì nudda
Pugnendu quantuqua di fà neci
 



Ghjastemu

Ed eiu eru quì
Quand’è vo, Ingrid, campàiati senza campà

               
Ch’iddi sichini ghjastimati
Quiddi chì màrchjani senza fighjulà
Quiddi chì ascὸltani senza suspirà
È pò quiddi chì fighjùlani è chì suspìrani
È mettini dopu l’aceddu in gabbia

Pardunà pudemu pardunà quiddu chì faci focu
Ancu i parolli poni andà più lestru chè  spìritu
Dighjà lintati dighjà colpu
Ma a gabbia ùn hè listessi
Si vedi è si senti quiddu chì ci stà
Andendu da quì pugnendu culandi
Fendu neci di viva quand’è a vita idda ùn faci neci

Tuccheti puri u pelu di a ghjatta u musu di u ghjacaru
Muscheti l’aria di a marina
Sintareti un stessu lamentu
Quiddu chì  dici
Chè i dimonia sò com’è no
Pàrlani vèdini è càntani di a stessa manera
Ma mai ùn àprini sti gabbii cumprati
Di solda arrubati
È prestu ripinti di u tristu culori
Di u fiatu cunfinatu
 
Malédiction

Et moi, j’étais ici
Lorsque vous, Ingrid, vous existiez sans vivre

                                                                       
Qu’ils soient maudits
Ceux qui marchent sans un regard
Ceux qui écoutent sans un  soupir
Et ceux qui regardent et qui soupirent
Tout en mettant ensuite l’oiseau en cage

Nous pouvons pardonner à  celui qui fait feu
Même les mots peuvent aller plus vite que la pensée
À peine lâchés déjà touché
Mais la cage c’est différent
On voit et l’on entend celui qui s’y trouve
Allant ici tentant là-bas
Faisant semblant de vivre dans un semblant de vie

Touchez donc le pelage du chat le museau du chien
Humez l’air du rivage
Vous entendrez cette même complainte
Celle qui dit
Que les démons sont comme nous
Ils parlent ils voient et chantent de la même façon
Mais jamais ils n’ouvrent ces cages achetées
Avec de l’argent dérobé
Et aussitôt repeintes de la triste couleur
Du souffle emprisonné



Lamaghjonu

«  Com’è una vechja stàntara sbuscata
     di i lamaghji di u sempri » 
               Marianghjula Sebasti


In fondu à l’ortu
L’omu avìa missu à pusà
A gattiva staghjoni era ghjunta
Incù ventu nevi è cotru
Cotru chè focu ùn i vinìa à fini

Dita infrituliti
L’omu avìa surtitu un criò à la punta frazzata
Nantu à un pezzu di carta u facìa sculiscià
Fendu colli è fendu monti
Ma vo o amicu induva hè u vosciu locu
Lintàiani di tantu in tantu l’aghjenti chi u vidìani
Sempri mutu iddu facìa funtani  pozza è fiuminali

Ùn hè chè stu ghjornu ch’iddu s’hè vultatu
Par dìci pianu pianu
U viditi stu lamaghjonu vicinu à u pitraghju
È bè à vi possu dì oghji
Socu di quì

Dipòi u lamaghjonu hà brusgiatu
È quì ùn ci hè più nienti chì cresci
 
Roncier

«  Tel un vieux mégalithe débusqué
    dans les ronces éternelles » 
              Marie Ange Sebasti


Au fond du jardin
L’homme s’était assis
L’hiver était arrivé
Avec vent neige et gelée
Ce gel dont le feu ne venait pas à bout

Doigts engourdis
L’homme avait sorti un crayon à la mine érodée
Sur un bout de papier il le faisait glisser
Faisant des collines faisant des montagnes
Mais dites-nous ami d’où êtes-vous donc
Demandaient parfois les gens qui le voyaient
Silencieux il dessinait des fontaines des puits et des cours d’eau

Un jour il finit par se retourner
Et nous dit tout doucement
Vous voyez ce roncier près de ce tas de pierres
Eh bien je peux vous le dire  aujourd’hui
Je suis de ce lieu

Depuis le roncier a brûlé
Et ici plus rien ne repousse



Hè sempri tempu

«  Parolle, parolle
    Purtate per issi mondi
    I penseri di l’omu »     
Marianghjula Antonetti-Orsoni


Una parolla una sola parolla
T’hà resu sciemu
Purtendu à to boci versu stu locu
Ch’ùn vulìi più veda

U mari hè sbarzatu
Una acqua salita hè ghjunta sinu à quì
Ùn a cridìi micca
Pinsài à tuttu ma à quissa nὸ

Fughji fughji puri versu insù
Hè sempri tempu
È sopratuttu ùn ti scurdà di cantà u dopudumani
Scòrdatini di l’oghji impastatu di nanzi
Chì t’ani tremidù à stessa incapatura

Ciò chì hà da vena ùn l’emu mai vistu
Ù so filu ùn hè ancu à nascia

 
Il est encore temps

« Paroles, paroles
   Portez de part le monde
   Les pensées de l’homme »   
Marie Ange Antonetti-Orsoni

Un mot  un seul mot
T’a rendu fou
Portant ta voix vers cet endroit
Que tu ne voulais plus voir

La mer a débordé
Une eau salée est parvenue jusqu’ici
Tu ne le croyais pas
Tu pensais à beaucoup de choses mais pas à cela

Fuis fuis donc vers les hauteurs
Il est encore temps
Et surtout n’oublie pas de chanter le surlendemain
Oublie le présent pétri de l’autrefois
Tous deux se ressemblent tant

Ce qui vient  nous ne l’avons encore jamais vu
Il n’est pas encore imaginable




U ruloghju




Ori ori smizati in un frazuleghju di stondi
Tafunati da a briachina di i mumenta schieti
Ori assistiti di i setti ghjorna
Purtendu mesa com’è no purtemu  stancàghjina
Ori appicati à lu ruloghju di u tempu
Aspittendu agurguliti
L’acquata da spuntà
L’attrachjata di u veranu
O lu muscu di nanzi

M’aveti intesu mi  lachendu senta
Di tènala par mè
 
La montre


Heures heures éclatées en une poussière d’instants
Creusées par l’ivresse des moments de quiétude
Heures épaulées des sept jours
Portant les mois comme nous portons notre lassitude
Heures accrochées à l’horloge du temps
Attendant assemblées
L’ondée qui surgit
Le crépuscule du printemps
Ou le parfum d’autrefois

Vous m’avez entendu me faisant comprendre
Qu’il fallait le garder pour moi





Era di sti loca

 
« Quandu saraghju pueta
    Saraghju abandunatu
    Da Diu è da l’omini »   
Mohamed El Jerroudi 


Ùn avìa micca nomu quiddu
Chè vo aveti intesu
Si ni stadìa culà versu à fiuminali
Quand’è vo u cridìati di più luntanu

Mai ùn aveti dittu
Manghja è dormi com’è mè
U so visu s’assumidda à i nosci visa
U so passu à u nosciu hè vicinu

Ùn hè chè oghji
Chè vo aveti capitu
Ch’ùn pudìa avè nomu quiddu culà
Rifranca u nomu cumunu
Chì ci faci tutti listessi
Ma avà chè vo a sapeti
A so boci mai più
Ùn a sintareti





Il était d’ici

«  Quand je serai poète
   Je serai abandonné
  Par Dieu et les hommes »   
Mohamed El Jerroudi


Il n’avait pas de nom celui
Que vous avez entendu
Il demeurait là-bas vers le  fleuve
Alors que vous pensiez qu’il n’était pas d’ici

Jamais vous ne vous êtes dit
Il mange et il dort comme moi
Son visage ressemble à nos visages
Son pas suit le nôtre

Ce n’est qu’aujourd’hui
Que vous avez compris
Qu’il ne pouvait avoir de nom celui là
Si ce n’est le nom commun
Qui nous fait tous semblables
Mais à présent que vous le savez
Sa voix plus  jamais
Vous ne l’entendrez




Pàgina



Ohimè bianca bianca hè a pàgina
Senza vistica
Cusì l’affari ùn pò andà
Stu biancu senza màcula
Ùn hè par no
Palpetila ghjà sta pàgina
Brusgètila in tutti i so canta
Bisognu à frazzalla chè da dessi
U so suchju
Ed eccu ch’iddu veni à pichjà
Senza chè no l’èssimi mandatu

Ohimè  avali a pàgina hè piena
 
Page


Pauvre de moi la page est toute blanche
Sans trace
Cela ne peut aller
Ce blanc sans tache
N’est pas pour nous
Palpez-la donc cette page
Brûlez-en tous les coins
Il faut l’user pourqu’elle nous accorde
Son suc
Et voici qu’il vient frapper
Sans même que nous l’ayons sollicité

Pauvre de moi la page est désormais remplie




Bisognu à dilla

« Quandu l’accentu s’alliscia
La me lingua, edda, sculiscia ! »
                                 Ghjuvan Micheli Weber


O li nosci guaii inzuchittati
Lacati da cantu com’è robba sfurtunata
Bulliati à li nosci sonnia
Chi strascinèghjani nebbia ventu è fumaccia

La voscia vulintà mai ùn l’avemu sminticata
Èrami da luntanu
A sapeti bè
Eccu parchì
Ùn vi pudìami scuntrà ogni matina
Soca hè par quissa chè vo aveti capiciuttatu
In stu sonniu accesu
Fendu scappà à menti
È denduci l’illusioni
D’un’ anticu parè

No dinò ci semu addurmintati




Il faut le dire

« Lorsque l’accent se fait lisse
Ma langue, elle, glisse »
                                    Jean-Michel Weber


Ô nos tourments ensommeillés
Laissés de côté comme menu fretin
Mêlés à nos rêves
Qui traînent  brume vent et brouillard

Nous n’avons jamais oublié votre souhait
Nous étions si loin
Vous le savez bien
Voilà pourquoi
Nous ne pouvions vous rencontrer chaque matin
C’est sans doute pour cela que vous avez sombré
Dans ce songe ardent
Faisant fuir la mémoire
Et nous donnant l’illusion
D’une antique apparence

Nous  aussi nous nous sommes endormis



Zidda è zuddu

 
« …nantu à un zuddu ammutulitu
induva u sonnu camineghja »

                                  Maria Paula Lavezzi


A zidda chirchinàia calda buddenti
Cascàiani fora i parolli arrutati
Purtati da ventu pizzicaghjolu

Quì era stu tempu stantaratu
Senza appoghju di li mani
Senza chjappedda è chjoda ancu di menu

Hè cusi chè zidda ùn era chè zuddu
Di l’altru mondu
Agguantatu à l’appiatu
Una sera dopu cena
À li primi ghjorna di lu mesi
Di nuvembri




L’âtre et le seuil

  
« …sur un seuil silencieux
      où passe le sommeil »

                             Marie Paule Lavezzi



L’âtre gémissait dans sa fièvre
Dehors pleuvaient les mots cinglants
Portés par la bise piquante

Ici règnait ce temps pétrifié
Qui tenait sans l’aide d’une main
D’une brique ou d’un clou

Voici pourquoi l’âtre n’était que le seuil
De l’autre monde
Capturé furtivement
Un soir après dîner
Aux premiers jours du mois
De novembre


 
Un calcuseddu


Avìami lampatu tanti petri
In a sàpara bughjosa
Ch’un lumu di miseria
Avìa missu à affacà
Un lumu strintu è di pocu fiatu
Ma un lumu quantuqua
Ch’ùn ci era sempri chè notti pagna
Sussulendu spirenzi magri

Avali issu tempu hè compiu
U lumu si n’hè smaritu
I sàpari sò pieni ziffi
È petri ùn avemu più

Ci sò i ziteddi chì pùgnani
Di tantu in tantu
Di lampà un calcuseddu





Un petit rien


Nous avions jeté tant de pierres
Dans cette grotte obscure
Qu’une misérable lueur
Avait fini par naître
Une lueur faible et si ténue
Mais une lueur tout de même
Dans ce lieu qui ne connut jamais que la nuit sombre
Distillant quelques maigres espoirs

Aujourd’hui tout cela n’est plus
La lueur a disparu
Les grottes sont pleines à craquer
Et nous n’avons plus de pierres

Ce sont les enfants qui tentent
De temps à autres
D’y jeter un petit  rien



Dà è piddà

« Dittemi s’è l’avvena chè vo m’imprumittiti ci faci di di più libari,
è vi diciaraghju s’eddu mi cunveni. »
                      Marceddu Jureczek



Detimi a libarta d’essa sta goccia d’acqua
Cusi minori mi basta tantu è più
Una goccia una sola è micca dui chì facini troppu

Chì
Ùn vi pari micca abbastanza una goccia

Pinseti puri ciὸ chè vo vuleti
A libartà in una goccia vulsuta
Cunnosci anch’idda a briachina di i spazii maestosi
Cunnosci l’arcubalenu è a via stiddata
Cunnosci tuttu ciò ch’idda po cunnoscia
Di a goccia
Induva u nosciu mondu s’annega
Senza mai sapella

Eppò ùn a mi deti micca sta libartà
Da par mè a piddaraghju




Donner et prendre

« Dites-moi si l’avenir que vous me promettez nous fait plus libres,
et je vous dirai s’il me convient »
                             Marceddu Jureczek


Donnez-moi la liberté d’être cette goutte d’eau
Elle est minuscule mais elle me suffit amplement
Une goutte une seule car deux seraient déjà trop

Quoi
Vous pensez qu’une seule goutte ne suffit pas

Pensez ce que vous voulez
La liberté dans une goutte choisie
Connaît elle aussi l’ivresse des espaces majestueux
Elle connaît l’arc en ciel et la voie lactée
Elle connaît tout ce qu’elle peut connaître
De la goutte
Où notre univers se noie
Sans le savoir vraiment

Et puis inutile de me la donner cette liberté
Je la prendrai moi-même



Ciὸ chì firmàia



Ti vulìani chjuda l’ochja ma
Sὸ iddi ch’ùn ani vulsutu
Avìani vistu tanti è tanti volti
Ch’iddi s’appiciccàiani à ciὸ chì firmàia

Un pezzu di stofa una scandula
U riflessu di a stedda o a forma d’un fruttu

Avìani dui ghjorna nanzi imprighjunata a parolla assassina
Ma u so culori l’avìani lacatu fora
È u culori tradditori ùn hà

I bocchi s’erani chjusi
L’arrechji imbassati
I mani ùn èrani più mani
Chè dita ùn ci era più

Firmàiani l’ochja
Sti sgarda chjari lintati senza rumbeccu
Versu una notti bianca incalzata à neru




Ce qui restait



On voulait te fermer les yeux mais
Ce sont eux qui n’ont pas voulu
Ils avaient vu tant et tant de choses
Qu’ils restaient rivés à ce qui demeurait

Un bout d’étoffe un éclat
Le reflet de l’étoile ou la forme d’un fruit

Ils avaient deux jours avant emprisonné la parole assassine
Mais ils avaient dû laisser libre sa couleur
Puisque la couleur ne peut être trahie

Les bouches s’étaient fermées
Les oreilles aussi
Les mains n’étaient plus des mains
Puisqu’elles étaient sans doigts

Restaient  les yeux
Ces regards clairs ouverts sans reproche
Vers une nuit blanche chaussée de noir



Pinsendu à dumani

«  …à u dulcìssimu passaghju di ciὸ
       chì sempri trapassa. »

                                         Vicente Aleixandre


Ma di quali sè
Tù chì ti ni va senza fighjulà
Tù chì manghji senza fami
Lachendu u misteriu
Arruinà stu sicretu

Carrulata di fenu
Sbiancatu da lu ventu
Strada di nudda appesa à i rempali
Ti sè sbiuttata stu bacinu di granu
Senza pinsà chè granu ùn cì n’era tantu

Aghju inchjaccatu u to visu
Chì mittìa à fughja
L’aghju fattu  par u sempri
Voddu dì par oghji
È ancu par arisera

Dumani un antru ghjornu sarà





En pensant à demain

« …au très doux passage de ce qui
      éternellement  passe. »

                             Vicente Aleixandre


Mais qui es-tu donc
Toi qui t’en vas sans regarder
Toi qui manges sans faim
Laissant le mystère
Abîmer ce secret

Charretée de foin
Blanchi par le vent
Route misérable pendue aux remparts
Tu as  vidé ce boisseau de grain
Sans te rendre compte qu’il y en avait si peu

J’ai marqué ton visage
Qui se mettait à fuir
Je l’ai fait pour toujours
Je veux dire pour ce jour
Et même pour hier

Demain sera un autre jour




U surisu di a rena



U ventu ùn hà più pudutu
Strascinà rena versu i so loca
Èrani culà i so loca culandidà

È rena si n’hè stata
À più andà ùn li cunvinìa  ma
Sapìa bè chè da par  idda ùn si pudìa mova

È circa è chjama è aspetta
È chjama dinὸ
Mai più ventu un hè vinutu

Soca hè par quissa chè  rena s’hè inchjustrata
Duvintendu petra
Appiccicati l’uni à l’altri i granedda
Si sὸ caghjati in un surrisu maliziosu

È ventu anch’iddu ùn ci pudìa  nienti






Le sourire des grains de sable



Le vent n’a pas pu
Déplacer le sable vers son pays
Son pays était la-bas loin d’ici

Le sable est resté sur place
Il aurait bien aimé bouger mais
Il savait bien que seul il ne pouvait partir

Après avoir cherché appelé attendu
Et encore appelé
Le vent n’était toujours pas là

C’est peut-être pour cela que le sable s’est muré
Devenant pierre
Les grains agglutinés les uns aux autres
Se sont figés en un sourire malicieux

Le vent lui-même n’y pouvait rien






Ciò ch’e possu dì

   
Ascolta ghjà !
   Osinὸ a to lingua t’accioncarà .
                  
                                          Pruverbu indianu


À quiddu senza mani
Li darè u to bracciu
A quidda senza lingua
Imprestarè a to bocca
À u senza locu aprarè a to porta

T’hà milli mani quiddu chì fughji
È milli lingui quidda chì stà zitta

Tutti st’ aghjenti sfurtunati
In casa toia ùn poni tena ma
Ciò chè tu faci par l’unu à faci par tutti

È ancu par l’aceddu incatinatu
Quand’iddu vulìa cantà chjaru è campà fora






Ce que je peux dire

 
Ecoute !
  Sinon ta langue te rendra sourd.

                             Proverbe indien   



À celui qui n’a pas de main
Tu donneras le bras
À qui n’a pas de voix
Tu prêteras la bouche
Au vagabond tu ouvriras la porte

Il a mille mains celui qui fuit
Et mille voix celle qui se tait

Tout ce monde infortuné
Ne peut tenir chez toi mais
Ce que tu fais pour l’un tu le fais pour tous

Et même pour l’oiseau prisonnier
Lui qui voulait chanter librement et vivre dehors




U pardonu

 
«  U pardonu à tutti i pueta ch’aghju spuddatu »  
                Gaston Miron

V’aghju arrubatu  mùsica
È m’eti lacatu fà
V’aghju imbulicatu
Notti di l’unu oru di l’altru
Ùn m’eti dittu nienti
V’aghju scuzzulatu è m’eti tesu a mani

Vo di tutti i rughjona è ancu senza paesi
Di u più fritu Nordu
À l’Africa arrustita
M’eti lacatu andà

Oghji à tutti vi ringraziu
D’ùn avè  stampiddatu u granu piantatu
In ortu di babbu
O lenza di mamma

Forse pinsàiati chè stu granu
Ancu vo l’avìati presu in calchidocu
Senza dumandà nudda

Granu tarra granu
È tarra dinò par fà chè u granu
Ci dessi dumani ancu più granu
È chè tarra sichi un’ antra volta
Tarra di tutti sti tempa aspitendu  parolli
Di tutti sti monda
 
Le pardon

« Je demande pardon aux poètes que j’ai pillés »      
                     Gaston Miron

Je vous ai dérobé la musique
Et vous m’avez laissé faire
Je vous ai mélangés
Nuit de l’un or de l’autre
Vous ne m’avez rien dit
Je vous ai maltraités et vous m’avez tendu la main

Vous de toutes les contrées et même de nulle part
Du Nord le plus froid
À l’Afrique brûlée
Vous m’avez laissé aller

Aujourd’hui je vous remercie tous
De n’avoir pas estampillé le grain planté
Dans le jardin paternel
Ou le potager maternel

Peut-être pensiez-vous que ce grain
Vous aussi l’aviez pris quelque part
Sans rien demander

Grain terre grain
Et à nouveau terre pour faire que le grain
Nous donne demain plus de grain
Et que la terre une fois encore soit
Terre de tous les temps espérant ces mots
Du monde entier

 

Prighjuneri

  
«  Aspettu
    a boci di u ventu
    in a notti chì si sparghji  »     
               Nathalie Billecocq

A pàgina era bianca bianca
È scriva ùn pudìa
T’avìa tanti cosi à dì chè tuttu
Li vinìa bulliatu
U fiori i nìvuli è ancu u surisu pinsirosu
Di a ghjatta misgia

Comu fà par spiccalli
Par dà à l’unu à l’altra u so culori
Più ci pinsàia
È più a pàgina firmàia bianca
Tand’iddu hà missu à ascultà
Stracciendu fogliu frumbulendu criò
A misgia addurmitata s’hè svigliata
I nivuli chì spuntàiani da culandi si sò fermi
È u fiori hà missu à invènasi  di u muscu
Di i ghjorna scorsi

Stamani a scrittura hà presu pighjò
In i cateni di a pàgina
Ma hè iddu u prighjuneri chì circa
À metta casata sopra i parolli sponi
Par ventu cusì batachju
 
Prisonnier

« J’attends
  la voix du vent
dans la nuit qui s’étend »           
              Nathalie Billecocq

La page était toute blanche
Et il ne pouvait pas écrire
Il avait tant de choses à dire que tout
S’entremêlait soudain
La fleur les nuages et jusqu’au sourire pensif
De la minette

Comment faire pour les distinguer
Pour donner à chacun sa consistance
Plus il y pensait
Plus la page  demeurait blanche
C’est alors qu’il a tendu l’oreille
Déchirant la feuille jetant le crayon
Minouche endormie s’est réveillée
Les nuages qui naissaient dans le lointain se sont figés
Et la fleur a commencé à se souvenir de l’odeur
Des jours passés

Ce matin l’écriture a pris pension
Dans les chaînes de la page
Mais le prisonnier c’est lui puisqu’il tente
De mettre un nom sur les paroles abandonnées
Par un  vent si  bavard



Chittara

« Quand’eddi sbucciardèghjani
   Eiu ùn sentu »       
                  Elena Mamberti

Ani travaddatu una chittara
Par falla cantà più forti chè  l’altri
O chittara chì t’ani fattu
Tù chì ciniscìi a mani a palma è i dita
Tù cusì mansa
Ùn s’hè più chè munimentu
In piazza di paesi

Eri l’onda lestra è pura
Eri di nienti ed eri di tutti
Èccuti oghji luntana è fretta
Frustera à u cantu chè tu lintài
Sticchita com’è stàtula antica

Cì sò ancu i ghjenti chì dicini
Chè tu t’avargogni di stu tempu scappaghjolu
Quandu milli sgarda
Allisciàiani u to legnu sgranfiatu

O chittara chì t’ani fattu
 

Guitare

«  Lorsqu’ils mentent
   Je n’entends pas »  
                      Hélène Mamberti

Ils ont travaillé une guitare
Pour la faire chanter plus fort que les autres
Ô guitare qu’ont-ils fait
Toi qui connaissais la main la paume et les doigts
Toi si docile
Tu n’es plus qu’un monument
Sur la place publique

Tu étais l’onde vive et pure
Tu étais faite de rien et appartenais à tous
Te voici aujourd’hui lointaine et froide
Etrangère à la mélodie que tu distillais
Raide comme une statue antique

Il y en a même pour dire
Que tu as honte de ce temps qui s’ingénue à fuir
Lorsque mille regards
Caressaient ton bois griffé

Ô guitare qu’ont-ils fait



Cì scappa u mondu

«  Ogni matina u mondu
    si sveglia cusì frustu
    cusì frescu  »       
              Anne Perrier

Par u balconu u Mondu si n’andàia
A sera a matina è a notti ancu di più
Firmàiani i muraddi
Firmàia a pulvariccia
Firmàia credu un pocu d’aria
Ma u restu ùn n’era più chè fumaccia

Pudìa trimulà a boci
U Mondu ùn era dighjà più
Un lumu dicciarbiddattu era tinutu in mani
Pugnendu di lampà ghjornu
Ma dui mani chì tènini
Dui boci chì ghjùrani
È trè omini fighjulendu
Tant’ affari ùn poni fà

Metti à scappà ancu u tempu avali
Andeti vo s’è vo vuleti
Par no ùn ci hè bisognu
Saremu l’ùltimi
L’ùltimi di l’ùltimi
È nienti ùn ci hà da sbramà
 
Le Monde nous échappe

«  Chaque matin le monde
    s’éveille si usé
    si beau »     
               Anne Perrier

Par la fenêtre le Monde s’en allait
Le soir le matin et surtout la nuit
Il restait les murailles
Il restait la poussière
Il restait même je crois un peu de cet air
Mais le reste n’était plus que brouillard

Elle pouvait bien  trembler la voix
Le Monde n’était déjà plus
Il ne nous restait plus qu’une lumière affolée
Pour tenter d’éclairer
Mais deux mains pour tenir
Deux voix pour jurer
Et trois hommes pour  regarder
Ne peuvent faire grand chose

Même le temps se met à fuir aujourd’hui
Partez donc  si vous le voulez
Pour nous c’est inutile
Nous serons les derniers
Les derniers des derniers
Et rien ne saurait nous contenter



Possu fà

  
«  Pè fighjà
       u mondu
       avè l’ochji
       culore di u so paese »      
                       Sonia Moretti


Tra dui cosi ci era un’antra cosa
Una cosa sunniata è vera

Vengu à tuccalla
Ed eccula chì si movi
A voddu abbraccià ed èccula ombra
Ùn dici nudda
Ùn faci nienti
M’hà dighjà impiutu di notti
Pugnendu di scunvìnciami
Ch’ùn era chè l’altra
L’altra cosa
Ch’ùn avìu micca vistu

Quidda chì da luntanu m’hà arrubatu
Stu sgardu senza mimoria
Sdruttu dipoi tantu tempu
In a sciuma di u parè
 
Je peux faire

   
« Pour voir
      le monde
     avoir les yeux
    couleur de son village »       
Sonia Moretti


Entre deux choses il y avait une autre chose
Une chose rêvée et pourtant vraie

Je viens juste de l’effleurer
Et la voici qui se dérobe
Je veux l’étreindre elle se fait ombre
Elle ne dit rien
Elle ne fait rien
Elle m’a déjà empli de nuit
En voulant me convaincre
Qu’elle n’était que l’autre
Cette autre chose
Que je n’avais pas vue

Celle qui à distance  m’a dérobé
Ce regard sans mémoire
Fondu depuis si longtemps
Dans  l’écume de l’apparence



Certi volta



Di i volti quand’è u ghjornu si compìi
I nìvuli ùn  pàrini più com’è sempri
È ancu u balconu
È a carrega
È u carrughju dinò

Brusgiati par ùn socu chì soli
Cuttrati da ùn socu chì ventu
Sussùrani da par  iddi una speccia di litanìa

I vecu i vecu
Ma ùn vecu più chè iddi
Staccati di i so loca
Urfaneddi di a so ombra
Ùn hè chè tandu chì mettini ad andà
Lintendu i bocceri
Di l’èpica senza cristiani
 
Certaines fois


Parfois lorsque finit le jour
Les nuages semblent tout autres
Et même la fenêtre
Et la chaise
Et la rue aussi

Brûlés par un soleil inconnu
Glacés par un vent de nulle part
Ils murmurent pour eux mêmes une sorte de litanie

Je les vois je les vois
Mais je ne vois plus qu’eux
Arrachés à leur demeure
Orphelins de leur ombre
C’est alors qu’ils se mettent en route
Psalmodiant les chants funèbres
Des temps immémoriaux



Solitùdina



Mandà à la matina una nutizia
Dumandà una parolla à l’aria
Veda vena l’acquata da luntanu
Dà un apoghju à u sentimu chì si cerca

Ma mancu  ùn vòlini risponda
Nè riceva nè dà nè lacassi veda

A bestia dormi ma mansa ùn hè
Faci quand’idda voli
Ridèndusi di à noscia vulintà

 
Solitude


Envoyer une nouvelle au matin
Demander à l’air une parole
Voir venir l’ondée du lointain
Donner un appui au sentiment qui se cherche

Mais ils ne veulent pas même répondre
Ni recevoir ni donner ni se montrer

La bête dort mais elle n’est pas domptée
Elle fait ce qu’elle veut
Se moquant de notre volonté.



Era nanzi

«  Facciu di u me sangui tamantu fiumu
    pichjendumi in i funtaneddi »

         André Laude



È cantàia u cantadori
À l’arrechja scunvinta
Cantàia u tafonu è l’abissu li rispundìa
Cì n’èrani versa lampati com’è goccii d’acqua
Cì n’èrani lingui di tutti i maneri
Ma ochja ùn ci n’era
Soca chè l’ochja ùn vidìani più

Ci erani  l’anchi chì viaghjàiani soli
Franchendu chjassa è paesi
Loca vivi è sonnia morti
Lachendu  com’è sempri i porti aparti
È i chjosa chjusi

 
C’était avant

«  Je fais de mon sang un long fleuve
   qui tape à mes tempes »

             André Laude


Ainsi chantait le chanteur
A l’oreille complaisante
Il chantait le trou et l’abysse lui répondait
C’était des vers jetés comme des gouttes d’eau
C’était des langues en multitude
Mais il n’y avait pas d’yeux
Sans doute les yeux ne voyaient-ils plus

Il y avait des jambes qui marchaient toutes seules
Passant sentiers et villages
Lieux de vie et rêves éteints
Laissant comme toujours les portes ouvertes
Et les enclos fermés



 
 
Nienti à veda




U ventu dinò circuleghja
È tandu affaca l’omu
Chì si ridi chì si ridi
U ventu torna torna sempri
Apprindu una porta supisendu un linzolu
È l’omu com’è mai si ni scappa
Omu listessu à tè
Ùn faci piazza chè à un fumu
Cuddatu da u stradonu

Mi pari ch’ùn hè tantu chè no ci semu missi
À ghjucà in u frisculinu di a sera

Funa strappidata di a noscia mimoria
 

Rien à voir


Le vent tournoie à nouveau
Et alors  l’homme apparaît
Qui se moque qui se moque
Le vent tournoie encore et encore
Ouvrant une porte soulevant  un drap
Et l’homme s’enfuit comme jamais
Un homme qui te ressemble
Il ne laisse pour trace qu’une fumée
Echappée de la route

Il me semble qu’il y a peu que nous avons commencé
A jouer dans la fraîcheur du soir

Corde déchiquetée de notre mémoire




Qual’è socu

« A salma d’un suldatu mortu socu »
            Christophe Manon



A salma d’un suldatu mortu socu
È lentu par sempri stu bὸceru scatinatu
À bocca aparta  à ochja cechi
Mi ni battu di a me pàtria chì m’hà compiu
Ùn vecu più à nimu
Ùn sentu più d’indocu

L’ombra di u pueta fucilatu socu dinò
Quiddu chì dicìa in darru
Lampendu ventu par tutti sti loca
Intesu aghju a so parolla è bitu u so vinu
Briacu eru d’una grammàtica scuzzulenta
Chì mi facìa pisà anchi è brudicà lingua

Socu l’anima di a salma di l’ombra di u paniteru arrustitu
Di u bancalaru inchjudatu di u stazzunaghju rughjunosu
Di u piscadori annicatu è di u ghjurnataghju stancu mortu
A salma di tutti socu
Ma l’anima di mancunu ghjira in pettu meiu
È u stintu di a petra mischiata di rena è di tarra grassa
Metti à corra trà u me spinalzu
Braccia mani capa
Affaccu strascinendu u me pesu

 
Qui je suis

«  Je suis le corps d’un soldat mort »
            Christophe Manon


Je suis le corps d’un soldat mort
Et lâche pour toujours ce chant débridé
A pleine voix les yeux fermés
Je me fous de ma patrie qui m’a assassiné
Je ne vois plus personne
Je n’ai plus mal

Je suis aussi l’ombre du poète fusillé
Celui qui parlait en vain
Semant du vent de-ci de-là
J’ai entendu sa voix et bu son vin
J’étais ivre d’une furieuse grammaire
Qui me faisait bondir et remuer la langue

Je suis l’âme de la dépouille de l’ombre du boulanger immolé
Du menuisier crucifié du forgeron dévoré par la rouille
Du pêcheur noyé et du journalier mort de fatigue
Je suis le corps de tous
Mais aucune de leurs âmes n’ hante mon cœur
Et l’instinct de la pierre pétri de sable et d’argile
S’élance vers mon échine
Bras mains crânes
J’apparais en traînant tout mon corps

 

Altra mità

“Ùn eri micca quidda chè no cridìami”
                                       Stefanu Cesari



Mancu ùn aghju cretu chè u soli fussi più altu
Chè a vadina
Chè l’arimani fussi statu daretu u lindumani
È chè l’ori chì scoranìani
Si fùssini sponi in calchi pricipissiu sicretu

Nò tuttu hè quì
Buliatu mischiatu è com’è arrimbatu
I gesti chè no facìami
S’appicichèghjani à quiddi chè no faremu

Ùn hè micca un doppiu
Chì suita à noscia vita
Ci ni sò tanti è più
Chì càmpani senza dilla
Da quì da culandi sottu è sopra

Hè l’armata di l’ombra ch’ùn hà paura di lumu
Hè lumu incù a so mità
L’altru lumu chè no chjamemu  notti






Autre Moitié

“Tu n’étais pas celle que nous attendions”
                                           Etienne Cesari


Jamais je n’ai cru que le soleil fut plus haut
Que la rivière
Qu’hier ait été derrière demain
Et que les heures qui passaient
Se furent dissimulées dans quelque précipice secret

Non tout est là
Mélangé mêlé et presqu’uni
Les gestes que nous faisions
Se confondent avec ceux que nous ferons

Ce n’est pas un double
Qui suit notre vie
Il y en a tant et plus
Qui vivent sans le dire
Par ici par là-bas dessous et dessus

C’est l’armée de l’ombre que n’effraie pas le jour
C’est le jour avec sa moitié
L’autre jour que nous appelons nuit






Tarra compia




Avìami brusgiatu d’un focu senza fumu
Hè par quissa chè i cenari ani  missu à bulà
Bulendu ani missu u focu
À tutti sti loca
È si piccìaia

Hè tandu ch’ emu vulsutu fiari tantu è più
Ed ancu  focu maestru
Quiddu chì sciappa petra
È sdrughji  lumu

Hè stu lumu chì ci hà arruinatu

Dipoi l’invirnata hè duvintata longa
È l’istatina cusì frischetta





Terre stérile



Nous avions brûlé d’un feu sans fumée
Voilà pourquoi les cendres se sont mises à voler
En volant elles ont incendié
Les alentours
Et nous brûlions

C’est alors que nous avons voulu des flammes à foison
Et même un feu d’enfer
Celui qui éclate la pierre
Et dissout la lumière

C’est cette lumière qui nous a perdu

Depuis lors l’hiver est devenu interminable
Et l’été tellement frais.



Metta nomu

«  Ùn ferma chè a luna
    pà accumpagnà »

    Huguette Bertrand



M’hè crisciuta una notti mansa
Amica fidata di u stintu narbosu
È di u sgardu incalcatu chè vo sapeti

Cunnoscialu u cunnoscu è ancu di più
Ma metta nomu annantu
Eiu ùn possu

Quissa à fareti da par vo
È à fareti ancu meddu chè mè

Com’è vo l’aveti vistu criscendu
A notti m’hà muzzatu un pezzu di lingua
Com’edda hè mansa sta notti




Donner un nom

«  Il ne reste que la lune
    son accompagnement »

          Huguette Bertrand


Une douce nuit a grandi en moi
Amie fidèle de l’esprit vif
Et du regard aigu que vous connaissez

Pour sûr je le connais très bien
Quant à le nommer
Je ne le  puis

Cela vous le ferez par vous-mêmes
Et vous le ferez mieux que moi

Comme vous le savez en poussant
La nuit m’a coupé un bout de langue
Quelle douce nuit



Suchju

«  Unu hè lu sonniu
     unu hè lu tempu »

    Yves Lavalade



U suchju nienti chè u suchju
U suchju chè d’altru nudda ùn avemu bisognu

U suchju ancu imbruttatu è sculuritu
U suchju svaluritu ma u suchju

I carri si so arruinati
U sangui s’hè ammutulitu
I radichi sὸ à a malavìa
Una candedda di suchju sola ci ferma

Biìmula puri sta gocci
Biìmula senza manera
U suchju solu ci pὸ salvà
Pà un cortu mumentu
O pà l’itarnità




Suc

«  Un est le rêve
    un est le temps »

    Yves Lavalade



Le suc rien que le suc
Le suc car nous n’avons besoin de rien d’autre

Le suc même troublé et décoloré
Le suc dévalué mais le suc

Les chairs se sont abîmées
Le sang s’est tu
Les racines sont moribondes
Il nous reste seulement une goutte de suc

 Alors buvons-la cette goutte
Buvons-la sans façon
Le suc seul peut nous guerir
Pour un court instant
Ou pour l’éternité





  Vultera


«  Un ragnu pindulieghja in punta à u so filu rossu »

          Ghjuvan Francescu Agostini


Un pocu più luntanu
Micca tantu ghjustu un pocu
Ci hè a riscontra di l’acqua è di a sciuma

Ascoltu è vecu
Vecu a vadina riluscenti
Chì corri corri
Trà li lecci è li ghjinespra
 Pugnendu di muscà ciὸ chì si pò veda

Una speccia di lingua liscia è chjara
Senza rima nè staghjὸ
L’alta ciuffiera di a donna chì ridi
Mi faci firmà quì
Aspittendu più chè mai
L’ora di u ritornu

Mai ùn aghju da vultà



Retour


« Une araignée pendule au bout de son fil rouge »

  Jean François Agostini



Un peu plus loin
Pas trop juste un peu
Se rencontrent l’eau et l’écume

J’écoute et je vois
Je vois le ruisseau resplendissant
Qui court court
Entre les chênes et les genévriers
Tentant de sentir ce que l’on peut voir

Une sorte de langue lisse et claire
Sans rime ni saison
La haute coiffure de la femme qui rit
M’immobilise
Attendant plus que jamais
Le temps du retour

Jamais je ne retournerai

 

Scrittu in u ventu



Ùn si scrivi micca com’iddu si parla
I dui maneri ùn si poni assumiddà
L’una hè latina è l’altra greca
L’una si piatta è l’altra si moscia

Calchi volta a parlera duventa scrittura
Quissa hè quandu a bocca s’alliscia
Si pὸ fà dinὸ
Chè a scrittura s’arrimbessi à la parolla
Ma allora parolla ùn hè più
Presa ch’idda hè in u paisacciu di a pàgina

Mischieti arranghjaceti impasteti
Quant’è vo vuleti
U scrittu hè di petra è a boci di ventu

Ma u ventu u ventuleddu
À romba di pacenzia riesci
À frazzà petra

Idda ùn pudarà mai fà altru
Chè pugnà di ritènalu
S’iddu voli bè



Ecrit dans le vent



On n’écrit pas comme on parle
Les deux démarches ne peuvent se ressembler
L’une est latine et l’autre grecque
L’une se cache et l’autre se montre

Parfois le verbe devient écriture
Il en est ainsi lorsque la bouche s’apprête
Il peut aussi se faire
Que l’écrit prenne appui sur la parole
Mais alors elle n’est plus elle-même
Enserrée qu’elle est dans le paysage de la page

Entremêlez arrangez pétrissez
Tant que vous voudrez
L’écrit est de pierre et la voix de vent

Mais le vent le petit vent
A force de patience réussit
A user la pierre

Elle ne pourra rien faire d’autre
Que de tenter de le retenir
A condition qu’il le veuille bien