Invistita

Errance

Poèmes en langue corse

-édition bilingue-

© 2008 Norbert Paganelli. Tous droits réservés.

 

Prifaziu


Guasgi micca riposu…Ùn ani avutu guasgi micca riposu sti pezza di vita lampati nantu à u fogliu, pà certi, facini tanti

anni …

È pidda, è ripidda, è tadda , è aghjusta , è rimetti in a stessa manera…Centu volti mi socu dittu « Par chì fà à u

ghjustu ? » è centu volti una boci m’hà dittu « Sta volta ci semu ». Centu volti aghju rimissu à più tardu stu prughjettu ma chì sò centu volti quand’iddu ci hè tanti è tanti stedda in celi ?.

Ghjustizia ùn ci hè merè ! Di i volti, i parolli cascani senza sforzu è parini aghjustati par iddi stessi, senza primura di l’omu chì si sbatti pugnendu di fà calcosa.
Di i volti, ci voli da suddà sangui par fà tena insemu dui paruletti beddi è liscii chi parini fatti l’una pà l’altra.

I me primi puesii, scritti in i settanti è stampati in pochi asimplarii, ùn mi cuviniani più a tempu d’oghji. Aviu pinsatu à lacalli in un fondu di scagnu ma sta mania di fà u novu cu l’anzianu m’hè rivinuta. Mi socu dittu : « Eiu chì mi piaci à fà parlà a petra è l’acqua aghju da pugnà à fà parlà a parolla duvintata straniera à idda stessa.

A socu, certi ani da dì chè quissa ùn si faci micca, ci voli à rispittà i morti…Hè vera ma soca iddi ùn erani micca tuttu à fattu morti issi puesii di ghjuventu. S’erani impiuti à pula s’è no pudemu dì. Un altru affari hè di sapè parchì certi cosi ùn s’empiini mai à pula…

Dui picculi libretti sò stati stampati dopu, l’unu versu l’ ottenta è quidd’ altru versu u noventa. Publicati iddi dinò in pochi asimplarii è oramai isauriti. Iddi : A Pertra ferta è A Fiara ùn l’aghju guagsgi micca rituccati parchì mi parini puddè campà cusi è ch’iddu ùn’ani bisogniu di forti scussulumu.
Veni sempri u ghjornu chì i ziteddi poni viaghjà senza bisognu d’aïutu. È po cu’ l’anni truvemu tutti a boci chì ci cunveni, quidda chì pò traducia abbastanza bè u tremulu di a noscia anima. Quidda chì no avemu, à forza , accrianzanta più o menu.

Cosi è altri sò puesii inediti mai accolti in un librettu è scritti sti ultimi tempa, quandu i parolli ùn poni più stà bassi è venini à pichjà à a porta di u sveghju, u so locu priferitu.

Par mè, da i me primi scritti ad oghji ci hè un filu mai strappatu chì a piaciuttu à certi ancu s’è, a socu, tuttu u mondu ùn si ritrova micca sempri in sti parolli strappidati. Mi invengu di quiddi chì diciani chì i me puesii ùn erani micca abbastanza « nustrali », ch’iddi ùn cuntiniani micca u fiattu di a noscia tarra, ch’eddi erani d’altrò…

Da veru, ciò chì mi veni , mi veni d’altrò mà st’altro hè cusì vicinu à mè chè ùn mi ni possu aluntanà. Altrò hè supra, suttu, a canta à …Altrò hè quinci merè è a puisia si trova cù iddu.
Ma à dilla chiaramenti, sta critica ùn a sentu più tantu oghji. Forza chì à noscia litteratura s’hè immaturata. Ùn ci stunemu più d’essà , avali cumincemu à fà i nosci provi.
Cumincemu à marchjà. Tamanta strada chè no ci ferma à fà….ma semu a vita è nudda ùn ci pò scuraghjà.

Ringraziu Francescu Micheli Durazzo è Antonu Sampieri d’avè ghjitattu un ochji nantu à sti scritti è di avelli curretti sicundu i normi urtugrafichi in usu à tempu d’oghji. A possu dì, sensa iddi sti pezzi di vita erani intarrati pà sempri in a pula di a me mimoria.. Ringraziu indinò à Dumenica Colonna d’avè traduttu i puisii di A Fiara in lingua francesa. Più chè mè à sapiutu dì ciò chì pinsaìu. L’ani dittu nanzi à mè : hè da fora chì si vedi u dentru..

Avà và , libru meiu, và è viaghja par issi stradi senza primura di quiddu chì t’ ha fattu. Ascularè u ventu, basgiarè u tempu. Quiddu senza locu chì si ridi di tuttu

 



Préface


Sans repos. Elles n’ont presque pas eu de repos, ces bribes de vie jetées sur le papier, il y a parfois plusieurs années. Je les ai prises, reprises, coupées et ajustées avant de les remettre dans leur forme antérieure... Cent fois je me suis dit : “Mais pour quoi faire au juste ?” Et cent fois une voix m’a lancé: “Cette fois nous y sommes”. Cent fois aussi, j’ai remis à demain ce projet mais ces cent fois ne sont rien quand il y a tant d’étoiles dans le ciel.
Il n’y a vraiment pas de justice ! Parfois les mots viennent naturellement et semblent s’ajuster d’eux-mêmes sans une pensée pour celui qui se débat en essayant de faire cohabiter deux petites paroles gentilles et douces qui semblaient pourtant être faites l’une pour l’autre.

Mes premières poésies, écrites dans les années soixante dix et publiées à quelques centaines d’exemplaires ne me convenaient plus. J’avais songé à les abandonner au fond d’un tiroir mais cette habitude de faire du neuf avec de l’ancien m’est revenue. Je me suis dit: “Moi qui aime faire parler les pierres et l’eau, je vais tenter de faire parler la parole devenue étrangère.”

Je le sais, certains vont dire que cela ne se fait pas, qu’il faut respecter les morts... C’est vrai mais peut-être n’étaient-elles pas véritablement mortes ces poésies de jeunesse. Elles s’étaient empoussiérées si l’on peut dire...Reste à voir pourquoi certaines choses ne s’emplissent jamais de poussière.

Deux petits recueils ont été ensuite publiés, l’un dans les années quatre vingt et l’autre dans les années quatre vingt dix. Imprimés eux aussi à quelques centaines d’exemplaires et aujourd’hui épuisés. Eux, la Pierre blessée et la Flamme, je ne les ai presque pas rectifiés parce qu’il me semble qu’ils peuvent vivre leur vie sans besoin de remaniements importants.
Un jour les enfants en viennent à pouvoir faire leur chemin seuls, sans aide. Et puis, avec le temps, nous adoptons tous le ton qui nous convient , celui qui traduit au mieux le tremblement de cette âme que nous avons, à la longue, apprivoisée plus ou moins.

Choses et autres rassemble des nouvelles poésies, non encore publiées et écrites lorsque les mots, ne pouvant demeurer silencieux, viennent frapper à la porte de conscience, cet endroit qu’ils aiment tant.

Il me semble qu’entre mes premiers écrits et aujourd’hui, il y a un même cheminement, lequel a plu à certains, même si je sais que tout le monde ne se reconnaît obligatoirement pas dans ces compostions éclatées. Je me souviens fort bien de ceux qui disaient que mes textes n’étaient pas assez patriotiques, qu’ils ne contenaient pas le génie de notre terre, qu’ils étaient d’ailleurs...
Il est vrai que ce qui parvient jusqu’à moi, m’arrive d’ailleurs mais cet ailleurs est si près de moi que je ne peux m’en éloigner. Ailleurs est au dessus, en dessous, à côté...Ailleurs est par ici, voyez-vous, et la poésie lui tient compagnie.
Il reste que cette critique, pour dire les choses clairement, je l’entends moins aujourd’hui. Il est probable que notre littérature ait muri. Nous ne nous étonnons plus d’exister et nous commençons à marcher. Il nous reste un long chemin à parcourir mais nous sommes la vie et rien ne peut nous décourager.

Je remercie Antoine Sampieri et François Michel Durazzo d’avoir jeté un oeil attentif sur ce manuscrit et de les avoir amender selon les normes orthographiques en usage.. Je peux le certifier, sans eux, ces lambeaux d’existence auraient été remisés pour toujours dans la poussière de ma mémoire. Je remercie pareillement Dominique Colonna, pour sa traduction en langue française de la Flamme. Elle a su, mieux que moi, exprimer ce que je ressentais. Cela a été dit depuis fort longtemps: c’est du dehors que l’on peut mieux voir l’intérieur...

Maintenant va, mon livre, voyage par ces chemins sans te soucier de ton auteur.Tu écouteras le vent, tu embrasseras le temps. Ce sans domicile qui se moque de tout.

 


 

Primu viaghju

“I raconta è i puisii ani da duvintà storia universali”

Novalis



A strada m’hà chjamatu
Eccu i petri chì m’ani fatta
Ed eccu induva vocu
M’ani chjamata “strada” ma sa
U me nomu
Hè ancu “ochji”

Veda vecu tuttu ma stocu
Sempri muta
Saraghju par tè una suredda
S’è tu mi voli ascoltà
Una suredda di fedi
Attaccata à i to passi
Com’è u famitu
S’attacca à u pani biancu


Premier voyage

“Les contes et les poèmes prendront rang d’histoire universelle”
Novalis

La route m’a appelé
Voici les pierres qui m’ont faite
Et voici où je vais
Ils m’ont appelée “route” mais le sais-tu
Mon nom
Est aussi “oeil”

Pour voir je vois tout mais je demeure
Toujours muette
Je serais pour toi une soeur
Si tu voulais m’écouter
Une âme soeur
Te suivant de près
Comme l’affamé
Poursuit le pain

 



Calcosa ma micca tuttu



U me paesi hè fattu di petri
Di petri grisgi
È d’acqua di funtana

I casi si toccani
Com’e possu tuccà l’arba è a tarra
Senza pinsà
Ad imbruttammi i mani

Un vechju passa
S’assumidda à missiavu
T’hà calcosa d’iddu
Ma a socu
Iddu ùn hè

I casi si toccani sempri
Ma ùn ci hè più arba
Ancu s’iddu ci ferma
Dui pugna di tarra



Quelquechose mais pas tout


Mon village est fait de pierres
De pierres grises
Et d’eau de fontaine

Les maisons se touchent
Comme je touche l’herbe et la terre
Sans avoir
A me salir les mains

Un vieux passe
Il ressemble à grand-père
Il a quelque chose de lui
Mais je m’en doute
Ce n’est pas lui

Les maisons se touchent toujours
Mais il n’y a plus d’herbe
Il nous reste quand même
Deux poignées de terre


 

Rivultemu




Chì ci hè
Ùn t’arricordi più
Socu eiu
Hè vera sò cambiatu
A barba hà missu à crescia
Vicinu à sti labbri chì t’ani basgiatu
Ma socu propiu eiu

Tù s’hè sempri listessa
Fiddola di u muscu pitricaghjolu
È di u spaventu marinu

L’aceddu neru chì fighjula sensa veda
A bocca chì ridi di tuttu

I petri anc’iddi si sò missi di à to parti
È si voltani sensa rispettu

Hè meddu cusi
Mi n’aghju dà andà à pedi


Nous revenons


Quoi
Tu ne t’en souviens plus
C’est moi
C’est vrai j’ai changé
Ma barbe a poussé
Près des lèvres qui t’embrassèrent
Mais c’est bien moi

Toi tu es toujours la même
Enfant de la pierre odorante
Et du spectre marin

Cet oiseau noir qui regarde sans voir
Cette bouche qui rit de tout

Même les pierres ont épousé ta cause
Et se tournent sans respect

C’est mieux ainsi
Je vais m’en aller à pied

 


 

 

Sicondu viaghju


“Quiddu ch’ùn cunnosci u puderi di a parolla,
ùn pò capì l’umanità”
Confucius



A vulpi m’hà dittu
Fighjula
Fighjula u me pelu
Muscu a machja è muscu u mari
Ch’e sighi quì o culà
Machja è mari sò sempri vicinu à mè
Com’è mammà era di sti loca
Possu dì anch’eiu
Ch’e socu fruta di a cunfina

Ma possu duvintà l’aria di i to sonnia
A donna bianca chì ti lagnia
È ancu u pizzicu par falla veni

Second voyage

“Celui qui ne connaît pas la puissance des mots,
n’est pas capable de comprendre les hommes”
Confucius



Le renard m’a dit
Regarde
Regarde mon pelage
Je sens le maquis je sens la mer
Que je sois ici ou là
J’ai toujours près de moi le maquis et la mer
Comme ma mère était du coin
Je peux aussi dire
Que je suis le fruit de ces lieux

Mais je peux devenir la brume de tes songes
La femme blanche qui te plaint
Et même le signal pour la faire venir

 


 

 

Tempu frazattu indaru



Lachemula curra
Ùn ci pinsemu più
Hè finita l’annata
Senza soli è senza ricordu
Lachemu stà quì
L’aceddu piligrinu
A cascia spavintata
È l’omu pinsirosu

L’annata hè finita par sempri
Èd iddu aspetta u lindumani

È no capa brusgiati da l’istatina
Chì aspitemu


Temps passé inutilement


Laissons courir
N’y pensons plus
L’année s’achève
Sans soleil sans souvenir
Laissons ici
L’oiseau solitaire
La feuille effrayée
Et l’homme songeur

L’année s’est achevée pour toujours
Et il attend déjà demain

Et nous têtes brûlées par le soleil de l’été
Qu’attendons-nous



Taddaturi



Stranieru parlapocu
Fattu di legnu maestru
È di alta mimoria
Stranieru chì nasci è chì cresci
Quandu u tempu
Metti à cantà anch’iddu

Casci fiori
Taddaturi chì fascini alzassi u pettu
Stranieru di a to parti maiò

Fà com’è ti pari
S’è tù voli campà campa
Ancu senza no


Entailles

Etranger de peu de palabres
Tu es fait d’un maître bois
Et d’une glorieuse renommée
Etranger qui naît et grandit
Lorsque le temps
Lui aussi entonne le chant

Feuilles fleurs
Entailles à faire bomber les torses
Etranger de ta grande moitié

Fais comme tu le souhaites
Vis si tu le veux
Même sans nous




Terzu viaghju

“ U misteriu t’ha fattu maiò, t’ha fattu misteriu.”
A. Porchia



Durmiu in alivetu
Un vechju m’hà scitatu
O fiddò chì ni pensi di tutti sti luma spinti
Di tutti sti boci muti
Mi pari beddu ghjovanu ma rispondimi
Eiu ùn socu piu

Fighjulaiu i so mani
I so ochja
Fighjulaiu u so bastonu è i so scarpa novi
Aghju pinsatu
Ma induva sò i vechji à l’usu anticu



Troisième voyage

“ Le mystère t’a fait grand, il t’a fait mystère.”
A. Porchia


Je dormais sous les oliviers
Un vieil homme m’a réveillé
Fils que penses-tu de toutes ces lueurs éteintes
De toutes ces bouches muettes
Tu me sembles bien jeune mais réponds moi
Moi je ne sais plus

Je regardais ses mains
Ses yeux
Je regardais sa canne et ses chaussures neuves
Je me suis dit
Mais où sont donc les vieux d’antan



I cosi merè



Ogni cosa hè cosa
Dici a furmicula
Ogni cosa chì si pò veda
Hè cosa sicura
È ancu
Va à sapè tù sì sta cosa quì
Ùn si sbaglia anch’ idda
Si pò dà u casu
Chè i cosi si piddessini
Par d’altri cosi
Ogni cosa hè cosa
Ancu s’è una cosa ùn vali
Un’altra

Libertà par tutti sti cosi
Par l’igualità vidaremu un’ altru ghjornu

È pò par ciò chè vo chjameti fratiddanza
Sriviti puri vi rispondaremu



Les choses voyez vous


Tout compte
Dit la fourmi
Chaque chose que l’on peut voir
Est une certitude
Et encore
Va donc savoir toi si cette chose
Ne se trompe pas elle aussi
Il peut arriver
Que les choses se prennent
Pour d’autres
Tout compte
Même si une chose n’en vaut pas
Une autre

Liberté pour toutes ces choses
Pour l’égalité nous verrons une autre fois

Et puis pour ce que vous nommez fraternité
Ecrivez écrivez nous vous répondrons



Altu cantu



Sò a lingua straniera
Di a me bocca aparta
A me bocca chì ridi
A me bocca chì canta è chì pienghji
Sò a lingua imprighjunata
Chì voli campà fora
Apriti i balcona
Bugheti porti è sulaghja
Sò lingua paisana
Antica cucina di l’acqua è di a tarra
Isulana
Sò lingua chì và caminendu
Par i stradi d’aprili
Purtendu à u me passu un cantu chjaru
Un altu cantu fieru
Stu cantu si chjama lamentu
Stu lamentu hè a me stodia
Nova

Haut chant


Je suis la langue étrangère
A ma bouche ouverte
Ma bouche qui rit
Ma bouche qui chante et qui pleure
Je suis la langue emprisonnée
Qui veut vivre dehors
Ouvrez les fenêtres
Poussez portes et planchers
Je suis la langue populaire
Vieille cousine de l’eau et de la terre
Insulaire
Je suis la langue qui va
Par les routes d’avril
Tenant à mon pas un chant clair
Un chant haut et fier
Ce chant se nomme lamento
Ce lamento est mon histoire
Nouvelle



Senza paesi


Difinditi l’omu solu
È lachetilu parlà

T’hà tanti cosi à dì
Ch’iddu hè meddu à ascultallu

Ascultemu l’omu mutu
Ed imparemu a so lizzioni
Parla sempri in u so pettu
Apartu com’è un balconu

Hè solu in casa
Solu in paesi
Hè solu davanti à u mari

U mari anch’iddu hè solu
È nimu ùn hè vinutu

I parolli ch’iddu pò senta
Venini da luntanu è li cascani
Adossu com’è petri frumbulati


Apatride

Défendez l’homme solitaire
Et laissez le parler
Il a tant de choses à dire
Qu’il est bon de l’écouter

Ecoutons le muet
Et apprenons sa leçon
Il parle dans son coeur
Ouvert comme une fenêtre

Il est seul en sa demeure
Seul en son pays
Il est seul devant la mer

La mer elle même est seule
Et nul n’est venu

Les propos qu’il entend
Viennent de loin et lui tombent
Dessus comme pierres lancées




Favula

“A luna ceca briona suttu à l’arcatura di u celi”
Marie Paule Lavezzi


A luna ceca cerca una vita senza acqua
Senza soli
È senza trostu bulendu
À l’appiattu

S’hè fatta maiò
S’hè dittu tanti è tanti cosi
Ch’idda s’hè ferma
À mezu celi grisgiu
Adispirata
Senza passu senza petra
È senza una muradda
Par piattà a so pena

Parchì circà quandu ùn si pò truvà



Fable

“La lune aveugle crie sous la voute du ciel”
Marie Paule Lavezzi



La lune aveugle cherche une vie sans eau
Sans soleil
Et sans bruit volant
Toujours cachée

Elle s’est grandie
Et s’est dit tant et tant de choses
Qu’elle s’est arrêtée
En plein ciel gris
Désespérée
Sans un pas sans une pierre
Et sans un mur
Pour cacher sa douleur

Pourquoi chercher lorsqu’on ne peut trouver



Itarnità



Di quali hè
Issu brionu chì passa
M’hà tuccatu a spadda
È hà missu à ghjirà
Ùn hè micca u più cattivu
Ci hè ancu un aceddu
Chì veni à scuntrallu
Ma u trostu ch’iddu faci
Spaventa i ziteddi chì ghjocani quì

Brionu di u mutu
Chì cerca di fighjulà
Brionu di l’alba
Di u celi chì s’infiara
Brionu di u brionu quandu ùn ci hè nimu
Par ascultà


Eternité



A qui est-il
Ce cri qui passe
Il m’a touché l’épaule
Et s’est mis à tourner
Ce n’est pas le plus méchant
Il y a même un oiseau
Qui vient à sa rencontre
Mais le bruit qu’il génère
Effraie les enfants qui jouent dans le coin

Cri du muet
Qui tente de voir
Cri de l’aube
Du ciel qui s’embrase
Cri du cri lorsque nul n’est
A l’écoute



Quissi chì marchjani



La ghjenti di u me paesi
Ani l’istati in bocca
Cantani soli u silenziu è u mari
Smuntatu

Ùn ani guasgi micca riposu
Rifranca di i sonnìi è di l’aiutu
I mesa di dolu
È i ghjorna di festa

Facini rida i muntagni
Cantà l’acqua
Chì fala da a cima di i monti
Spariscia a biciartula

È divintà verdu u corbu
Chì rachja


Ceux qui avancent


Les gens de mon pays
Ont l’été sur les lèvres
Ils chantent seuls le silence et la mer
Démontée

Ils n’ont presque pas de repos
A part les songes et l’entraide
Les mois de deuil
Et les jours de fête

Ils font rire les montagnes
Chanter l’eau
Qui court du haut des sommets
S’évanouir le lézard

Et devenir vert le corbeau
Qui croasse



U discorsu di a notti


A to bocca hè piena à bughju
Tù chì passi è veni
Quindi è culandi
U soli chè tù cerchì
Hè in a mani
Chè tù strigni
A petra nera chè tù frumbulighji
È l’acqua maligna chì t’introscia

A notti hè discorsu
È i cosi cechi chè tù senti
Sò pieni à lumu
Chì ùn si pò veda


Le discours de la nuit


Ta bouche est pleine de nuit
Toi qui passe et repasse
Deci delà
Le soleil que tu cherches
Est dans la main que tu serres
La pierre noire que tu lances
Et l’eau perverse qui te trempe

La nuit est discours
Et les choses aveugles que tu perçois
Sont emplies d’une clarté
Qu’on ne peut voir



U focu hè solu



Aghju missu l’ochja in u fenu
È senza nasu
U rimori di i panni asciutti
M’hè cuddatu in capu

Tamanta fedi in a tarra vechja

Pari chì u tempu passa
Lachendu à mezu à tanti notti bughji
Centu passi di lignu
Siccu
È un’itarnità di radichi accesi


Plein feu


J’ai observé le foin
Et sans même sentir
Un bruit de linge sec
M’a envahi

Quelle grande foi dans la vieille terre

Il semble que le temps passe
Laissant parmi tant de nuits sombres
Cent pas d’un bois
Sec
Et une éternité de racines brûlantes



Virità


Lumu è luna
Acqua è focu

Trè pugni di rena
Un pocu d’acqua di fiumu
È dui castagni maturi

Eccu a virità di i nosci loca
A noscia virità
Vechja è luntana
Antichità
Chè tuttu u mondu pò imparà

Ma no
Quantu firmaremu
À pudella spiicà


Vérité

Lumière et lune
Eau et feu

Trois poignée de terre
Un peu d’eau de rivière
Et deux châtaignes mûres

Voici la vérité familière
Notre vérité
Vieille et lointaine
Antiquité
Que tout le monde peut apprendre

Mais nous
Combien serons nous
A pouvoir l’expliquer



Ultima volta



T’aghju rivista
Faci pocu tempu
A muradda infritulita mi dicìa
À prestu
À prestu ventu è machja
Sonnia è cosi maturi
Ci vidaremu à prestu

Ùn mi socu micca vultatu
Par vedati luntanu
Spariscia pocu è pocu

Drittu l’ochja aperti
Mi ni socu andatu versu culandi
Senza pinsà una volta
Chè tù ti n’eri mossa
À passa sicuri


Dernière fois

Je t’ai revue
Il y a peu de temps
La muraille transie me disait
A bientôt
A bientôt le vent et le maquis
Les rêves et les certitudes
Nous nous reverrons à bientôt

Je ne me suis pas retourné
Pour te voir au loin
T’évanouir lentement

Droit les yeux ouverts
Je suis parti vers d’autres lieux
Sans penser un seul instant
Que tu étais partie
Sans retour



Andeti


“Ùn femu chè dì à l’omini di sti tempa ciò chè risica di perdasi:
una lingua fundatrici centu volti sprimata”
Ipoustéguy



Hà missu trè petri in a so mani
I so dui pugni in i stacchi
A so baretta in capu

Hà missu in u so capu u ritrattu di u so babbu

Hà francatu a porta

Culà ani presu
I petri par fiori i pugni par aceddi
A baretta par curona

Ani missu l’aceddu in a curona
À mezu à tanti fiori
Ani aspittatu dopu chì l’omu di u ritratu
Vinissi à circallu

Aspettani sempri



Allez-y

“Nous ne faisons que rappeler à nos contemporains ce qui risque de se perdre:
un langage originel déjà cent fois exprimé”
Ipoustéguy



Il a mis trois pierres dans sa main
Ses deux poings dans les poches
Sa casquette sur la tête

Il a mis dans sa tête le portrait de son père

Il a franchi la porte

Là bas ils ont pris
Les pierres pour des fleurs les poings pour des oiseaux
La casquette pour une couronne

Ils ont mis l’oiseau dans la couronne
Parmi tant de fleurs
Ils ont attendu que l’homme du portrait
Vînt le rechercher

Ils attendent toujours



A rena



I dita di a mani
Sò pieni à rena

Di rena sicca
O disgrazià

À quali pensi
Aspittendu ùn socu chì
Iè hè rena senza fiara
Rena senza focu
Rena povara è grisgia
Chì si trova par issi stradi
È ancu vicinu à a sciuma marina

Ùn vecu più nudda
M’ani lampatu a rena
In ochja


Le sable


Les doigts de la main
Sont emplis de sable

De sable sec
Mon pauvre

A qui penses-tu
Attendant je ne sais quoi
Oui c’est du sable sans éclat
Du sable sans chaleur
Du sable pauvre et gris
Que l’on trouve par ces chemins
Ou même tout prêt des rivages

Je n’y vois plus
Ils m’ont jeté du sable
Aux yeux



Isula suttana



Ci arricurdemu è stemu bassi
Bassi è silinziosi

Troppa luntana hè troppa luntana
A noscia patria scunsulata
Paesi persu
Mondu anticu

No chì stemu versu culà
Pugnendu di suspirà
À mezu seri tristi è neri
È ghjorna ancu più longhi

Ci arricurdemu è stemu bassi
Bassi è carchi à silenziu
Chì ci faci senta

Ile intérieure

Nous nous rappelons et nous restons muets
Muets et silencieux

Trop loin elle est trop loin
Notre terre inconsolable
Pays abandonné
Monde ancien

Nous qui demeurons là bas
Tentant de soupirer
Entre les nuits tristes et noires
Et les jours encore plus longs

Nous nous rappelons et nous restons muets
Muets et pleins d’un silence
Qui n’est que douleur



Iddi ma micca no



È vo o spechja senza ochja
Sempri à bracci tesi
Di chì anima salvatica
Seti i pracittori

Spechja lisci com’è a bucia
Spechja friti com’è u rimori
Spechja senza ochja è senza arechji
Chè toccani l’aceddi
Bulendu senza fiatu


Eux mais pas nous

Et vous miroirs sans regards
Aux bras toujours ouverts
De quelle âme sauvage
Etes-vous donc les maîtres

Miroirs lisses comme le mensonge
Miroirs froids comme le bruit
Miroirs sans yeux et sans oreilles
Que frôlent les oiseaux
Volant sans répit



Hè nata una stedda


Eccu
Eccu a fola di stu mondu addurmintatu
Senza primura di tamanta siccaghjina
Eccu u ciucciuddu u cantu citadinu
È u passu piligrinu
Eccu u valdu accantu à u chjassu
I lacrimi è u ricordu
Eccu l’arba è a machja
È ancu quiddu chè vo aspitteti
Stunatu disciarbiddatu
È com’è sciancu è mal assicuratu

Ventu si faci senta
Pugnendu di carrià nutizii


Une étoile est née


Voici
Voici l’histoire de ce monde assoupi
Sans souci de cette grande sécheresse
Voici la rumeur le chant de la ville
Et le pas du voyageur
Voici le bois près du chemin
Les larmes et le souvenir
Voici l’herbe et le maquis
Et même celui que vous attendiez
Effaré tête folle
Presque boîteux avec son pas mal assuré

Et l’on entend le vent
Qui tente de porter nouvelles



Parchì circà quandu ùn si pò truvà



A faraghju a prova
A spiicà parchì l’acqua
Ùn hè l’arba
Parchì l’aria ùn hè tarra
È parchì u cavaddu chì passa
Ùn hè chè sonniu spatrunatu

A noscia notti più pura hè sempri
Addurmintata
U nosciu fiatu senza fiara chì s’arrimba
À la mani chì passa


Pourquoi chercher quand on ne peut trouver

Et qu’aurais-je dit
En expliquant que l’eau
N’est point l’herbe
Que l’air n’est point terre
Et que le cheval qui va
N’est qu’un songe sans maître

Notre nuit la plus pure est toujours
Endormie
Notre souffle obscur qui épouse
La main qui passe



Fiari di petri dolci



È u silenziu à mezu à tanti capeddi
Stu largu pezzu di cotru

Tinutu à l’appiattu

Quantu vi ni ferma à tempu d’oghji

Seti sempri a petra infrisgiulata
Ch’è vo vuliati essa
Ancu sì l’arba hà falzattu
A voscia incappatura

Ùn ci hè meziornu
À aspittà
Ma i vosci passi da
U spechju vicinu
À u rittratu di l’antichì

T’aiutarà u lindumani
Par pinsà l’ugni matina


Flammes de pierres douces

Et le silence parmi tant de cheveux
Cette large plaque de glace

A l’abri des regards

Qu’en est-il au temps présent

Vous êtes toujours cette pierre enrubannée
Que vous rêviez d’être
Même si l’herbe a changé
Votre manière apparente

Ce n’est pas midi
Qu’il faut attendre
Mais vos pas du
Miroir familier
Au portrait des anciens

Demain t’aidera
A penser le lendemain



Cusì vicinu



Nè ora nè lettu
Imbulieghja è accanta
U bughju è u meli
U bisognu di a cima
È u casonu carcu à nivuli

Laca stà a caspa d’uva
U tempu prestu frazatu
È a stodia dighjà cuntata

A notti pinta
Ci faci sapè parchì
I capeddi di a muta
Sò fiari di petri dolci


Si prêt

Ni heure ni demeure
Mélange et conserve
L’ombre et le miel
L’appel de la cime
Et ton quartier de brûme

Laisse la grappe de raisin
Le temps vite dépensé
Et l’histoire déjà contée

La nuit peinte
Nous fait savoir pourquoi
Les cheveux de la muette
Sont des flammes de pierres douces



Veru sbagliu



Ci voli
Ci voli à fà com’è s’è
Ùn c’erami micca sbagliati di fedi
No più maiò chè u bonghjornu
Più stanchì chè u suspiru

A sapemu
I petri di a marina
Ùn sò mimoria nustrali

A sapemu
U soli ùn luci com’è u focu
Ci dà a vita
È semu tutti trè paghja
Di soli
A sapemu
Ci voli fà com’è s’è
Ùn c’erami micca sbagliati di sbagliu



Véritable erreur


Il faut
Il faut faire comme si
Nous ne nous étions pas trompés de foi
Nous plus grands que le bonjour
Plus éreintés que le soupir

Nous le savons
Les pierres de la plage
Ne sont pas notre mémoire

Nous le savons
Le soleil ne brille pas comme un feu
Il nous donne la vie
Et nous sommes tous trois paires
De soleils
Nous le savons
Il faut faire comme si
Nous ne nous étions pas trompés d’erreur



Aspittemuli


Sintimu di sta tarra affidata
Chì corri da a strada ad a vadina
Ùn t’assumidi à a spusata
Tù sè fatta par durà

A to paci ùn hè dispettu
Ancu s’idda ci faci aspittà
I staghjoni uniti
Com’è i paladini di Tizzà
Omini di petra in traccia di
Cantà a chjama
Di u nosciu libru apartu


Attendons les

Esprit de cette terre complice
Qui court entre la route et le ruisseau
A l’inverse de la mariée
Tu es faites pour durer

Ton calme n’est pas du dépit
Même si elle nous fait attendre
Les saisons réunies
Comme les paladins de Tizzano
Hommes de pierre en train de
Chanter l’appel
De notre livre ouvert



Daretu à u balconu



Da tè à mè
Ci hè un passu à francà
Un passu d’ori vicini
È di silenziu mansu
Un passu casticatu
Chì strascina pianu pianu
Una mani sempri tesa

Ùn possu fà solu
Tutti issi stradi chì coddani
Tutti issi valda di lignu più neru
È tutti issi ghjorna d’aspittera
È di sguardi vilanosi

Comu avaremu à fà par fà campà
Insemu l’omu stancu mortu
Aostu à pena compiu
È a muradda chì si sfraia


Derrière les volets

De toi à moi
Il y a un pas à franchir
Un pas d’heures complices
Et de silence familier
Un pas meurtri
Qui traîne tout doucement
Une main toujours tendue

Je ne peux faire seul
Tous ces chemins escarpés
Tous ces vallons du bois le plus noir
Et tous ces jours peuplés d’attente
Et de regards malveillants

Comment faire pour marier
L’homme épuisé
Août à peine achevé
Et la muraille qui s’affaisse


 

Sveghju


Aghju troncu u filu d’oru
Chè tù tantu
Tinìi

L’ochji annicatu
In un’ombra salvatica
Ùn dicii nudda
Lacaii sta sciuma
Arruinà u to labbru

Staghjìu quì
Dossu à a muradda
Pugnendu quantunqua
Di tuccà u to lumu


Una stodia carca à bucii
Chì ti vulia compia


Eveil


J’ai rompu le fil d’or
Que tu aimais tant

L’oeil englouti
Dans une ombre sauvage
Tu ne disais rien
Tu laissais cette écume
Anéantir tes lèvres

Je restais là
Adossé à la muraille
Essayant tout de même
De saisir ta lumière

Une légende de mensonges
Qui souhaitait ta ruine



Ribombu ricchezza è dolu



Aviu pisatu un pugnu di dispettu
Versu u to fronti carcu à sonnia
Par aspittà
Par capì una volta par sempri
A fola di sti ghjorna

È tù ùn ni finìi più di cambià nomu

Mi ferma u brionu
A vistica di i to passi
U riposu cusì tristu senza rimisciu
L’avvena d’arrimani chì affaca dighjà
È a virità di a favula
Mai cuntata

I porti francati
Ùn cunducini cusì luntanu


Echo richesse et deuil


J’avais levé un poing de dépit
Vers ton front trop songeur
Pour attendre
Pour saisir enfin
Le fil de ces jours

Et toi tu n’en finissais plus de changer de nom

Il me reste le cri
L’empreinte de tes pas
La tristesse du repos trop serein
L’avenir d’hier qui approche déjà
Et la vérité de la fable
Jamais contée

Les portes franchies
Ne conduisent pas si loin



Hè meddu à aspittà


Dicini chì faci u caldu
Dicini chì faci u fritu
Aghjustani tanti è tanti cosi
Chè l’Africa pari luntana

Dicini chì faci u neru
Dicini chì faci u lumu
Si ni smintecani di tanti è tanti cosi
Chè l’omu pari maiò

Maiò hè l’Africa micca luntana
Luntanu hè l’omu cusì maiò


Mieux vaut attendre


Ils disent qu’il fait chaud
Ils disent qu’il fait froid
Ils ajoutent tant et tant de choses
Que l’Afrique semble éloignée

Ils disent qu’il fait noir
Ils disent qu’il fait clair
Ils oublient tant et tant de choses
Que l’homme nous semble grand

Grande est l’Afrique non lointaine
Lointain est l’homme si grand



Hè iddu sempri iddu


I stradi ùn vani micca
Versu d’altri paesi
Ùn ci hè lingua straniera
In tuttu frustera
Hè par quissa ch’e vi dicu
Chì dui è dui sò quattru
Di u monti più altu
À l’infondu di a bassa vadina


C’est lui toujours lui

Les routes ne vont pas
Vers d’autres pays
Il n’est de langue inconnue
Tout à fait étrangère
C’est pourquoi je vous dit
Que deux et deux font quatre
Du sommet le plus haut
Au plus profond du bas ruisseau



L’arba chì nasci


Iddu fighjulaia stunatu
A petra bianca è nera
Truvata à mezu stradonu
Spichjetti annant’à a punta di u nasu
Ùn capia micca
U sensu di u so gestu

Eiu chì vocu
Mi socu fermu eiu chì parlu mi socu tesu

À l’ochji di u soli
L’anima di a petra s’era scitata
È ghjiraia cantendu à l’intornu
Lintendu in tantu in tantu
Una parolla latina


Eiu chì ùn credu aghju dittu “podarsi”
È cusì sicuru mi sò trovu
Com’è luntanu da mè


L’herbe qui naît


Il regardait étonné
La pierre blanche et noire
Trouvée au milieu de la route
Lunettes sur la pointe du nez
Il ne comprenait pas
Le sens de son geste

Moi qui marche
Je me suis arrêté moi qui parle je me suis tû

En plein soleil
L’âme de la pierre s’était réveillée
Lachant de temps en temps
Un mot de cristal

Moi qui ne crois pas j’ai dit “peut-être”
Et malgré la certitude me suis trouvé
Comme loin de moi



Sunniaia


U sguardu persu
Versu ùn socu chì
U ziteddu sunniaia
Lachendu da cantu
U pesu di u soli

U spiritu chì curri
Si ridi di sti monti
U spiritu hè batellu chì bula
In a notti di silenziu

Hè una paci tamanta
Par un cori innucenti

Gjunghjendu versu i cimi
U furmiculimu di i staghjoni
Metti à suminà carrezzi
I boci di u rumbeccu aspettani l’aiutu
È u soldatu fertu metti à pardunà

U ziteddu apri i dui mani
È pugna di empia u sò picculu bacinu

Ma ci hè tanti cosi à metta
Ch’iddu ùn sà dundi cumincià
O lu sò cori chì s’addispera
È la me mani infritulita chì ùn pò aiutà
È li vosci ochja accrianzati chì ùn sani fighjulà
È tutta sta nivi è tuttu stu fritu
Stallati à patroni da tantu tempu fà


Il rêvait

Le regard perdu
Vers je ne sais quoi
L’enfant rêvait
Laissant de côté
Le poids du soleil

La pensée
Peut défier les monts
La pensée est un bateau qui vole
Dans une nuit de silence

C’est une immense quiétude
Pour un coeur innocent

Arrivant tout là-haut
Le grouillement des saisons
Egrène des caresses
Les propos vengeurs attendent une aide
Et le soldat blessé se met à pardonner

L’enfant ouvre ses deux mains
Et tente d’emplir son petit panier

Mais il a tant de choses à mettre
Qu’il ne sait par où commencer
Ô ce coeur qui se désespère
Et ma main transie incapable d’aider
Et vos yeux si bien éduqués qui ne savent bien voir
Et toute cette neige et tout ce froid
Maîtres des lieux depuis tant de temps


 

Ricumincemu



Socu ed ùn socu micca
Socu l’omu di i vosci loca
Culori di notti quì davanti
Adori di petra culà daretu
È socu dinò
Quìddu chè vo aveti inuchjatu
U ghjornu di a santa festa

Vi n’inviniti avali
A sapeti steti puri accant’à mè
Andaremu un di sti ghjorna
Insemu à caccighjà

Dimula cruda è franca
À fighjulà bè bè si trova sempri
Calchissia à castigà


Recommençons

Je suis et je ne suis pas
Je suis l’homme de chez vous
Couleur de nuit d’un côté
Odeur de pierre de l’autre
Et je suis aussi
Celui que vous avez ensorcelé
Le jour de la sainte fête

Vous vous en souvenez désormais
Vous pouvez rester près de moi vous savez
Nous irons un de ces jours
Chasser ensemble

Disons le clairement
Lorsqu’on regarde avec attention on trouve toujours
Quelqu’un à faire souffrir



Misteriu di i loca

Filitosa, aprili 2002


Ma chì fighjularani sti ochja cechi
Aparti versu dumani
È senza paura
Di u staffiddu di a ferula
È di a saetta

Ma chì fighjularani sti omini pisati
Fatti di a mani di l’omu senza Cristu

Ma chì ci era quì nanzi
Chè i petri missini à spusà u tempu
Com’è par dicci calcosa ch’ ùn pudemu senta

O l’addisperu di i nosci canti salvatichi
O li nosci pienta lintati in carrughju
Luntanu è fora di casonu
Ùn ci hè bisognu à liticà
Sò quì è ci aspettani
È pudemu campà vargugnosi
Vistuti di i nosci viti techji


Mystère des lieux

Filitosa, avril 2002

Mais que voient-ils ces yeux aveugles
Ouverts vers le futur
Ignorant la peur
Du fouet du bâton
Et de la foudre

Mais que voient-ils donc ces hommes dressés
Créés par la main de l’homme d’avant le Christ

Mais qu’y avait-il donc ici avant
Pourque les pierres se soient mises à épouser le temps
Comme pour nous dire ce que nous ne pouvons entendre

Ô le désespoir de nos chants si sauvages
Ô nos sanglots laissés en pleine rue
Au loin et hors de nos quartiers
Point n’est besoin de discuter
Ils sont ici et nous attendent
Et nous pouvons vivre honteux
Revêtus de vies satisfaites



Hè chjara



Dumani lintarè dui colpa di fucili
Versu u ritratu arruinatu
Di u cucinu adurmintatu

Centu volti u focu è a polvera
È micca l’acqua prestu biniditta

È pò senza rimorsu
Diciarè ch’iddu era un vigliaccu
È pò senza muralità

Centu volti a parolla arrutata
È micca l’aria sirena
Di i nosci cumplicità

Fronti spilati
Parchì mi fighjuleti cusì


C’est clair

Tu tireras demain deux coups de fusils
Vers le portrait jauni
Du cousin endormi

Cent fois le feu et la poudre
Et non l’eau trop vite bénie

Et puis sans remord
Tu diras qu’il était lâche
Et même sans moralité

Cent fois les propos aiguisés
Plutôt que la chanson douce
De nos complicités

Fronts dégarnis
Pourquoi me toisez-vous



Chì ni socu pò eiu


U soli si cala
A piaghja s’infiara
Aostu finitu
Affaca sittembri

Si senti viddutu
Par tutti issi loca
L’ochji prumena
U sguardu sumena

A parnici culpata di babbu
Dici à mammà chì spiuma
Aceddu à pena compiu
Affaca l’omu chì u si sdrughji

A menti richjara
U sintimu nustrali
U cori s’arrimba
À u cori chì passa

A notti hè falata


Et encore que sais-je


Le soleil s’abaisse
La plaine s’embrase
Août s’achève
Voici septembre

L’odeur du velours
Envahit les chemins
L’oeil promène
Le regard sème

La perdrix chassée par père
Dit à mamman qui la plume
Oiseau à peine venu
Arrive l’homme qui le tue

La mémoire ravive
L’amour des lieux
Le coeur s’attache
Au coeur qui passe

La nuit est tombée



Hè passatu in paesi


Tù ti cunoscu
Sè u fritu frusteru
È t’avvicini di quandu in quandu
Schjaffittendu è ridendu
À l’intornu di u paesi

L’acqua currenti
A to parenti
Ti dà l’aspettu umbrosu
Di a notti senza sonniu

Ùn ci hè zittu in a vadina
Ùn ci hè lumu in a cunfina
Quali sarà issu disgraziatu
Incu panni stracciati
Chì scrivi sopra à a muradda
Funtana micca è fruntiera ancu di menu



Il est par le village


Toi je te connais
Tu es le froid d’ailleurs
Et tu t’approches de temps en temps
En claquant et en riant
Autour du village

L’eau courante
Qui est de ta famille
Te donne l’aspect repoussant
De la nuit sans sommeil

Il n’y a pas un bruit dans le ruisseau
Il n’y a pas une lumière dans la contrée
Qui est donc ce malheureux
Vêtu de haillons
Qui écrit sur le mur
Pas de fontaine et encore moins de frontière



Pudemu senta

Oradour-sur-glane, sittembri 2003


Ci hè statu com’è una ghjuvannara quì
I zitti si poni ancu senta
È i raspa ani intafunati i muraddi

Ed iddi quali erani
Chì viniani quantunqua
Da loca vicini

Sì è nò sò dui cosi
Luntanu è vicinu sò a stessa cosa
Com’iddu ci hè in celu
Una mità di tarra

Tarra và è bula
Porta à i nosci fratedda
Tutti sti labbri senza parolli
Và ci n’hè tantu chì solu dui o trè
Ani da firmà
È sarà meddu cusì

Chè i labbri chì firmarani
Aprissini i bocchi matti
Di a noscia stodia muta

Nous pouvons entendre


Oradour-sur-glane, septembre 2003


Ce fut le carnage ici
Les silences sont encore présents
Dans la blessure des murs

Eux qui étaient-ils
Puisqu’ils venaient parait-il
Des environs

Oui et non sont choses différentes
Le lointain et le voisin sont choses semblables
Comme il y a dans le ciel
Une partie de terre

Terre va et vole
Porte à nos frères
Toutes ces lèvres sans paroles
Va il y en a tant et tant que deux ou trois seulement
Nous resteront
Ce sera bien ainsi

Que les lèvres qui resteront
Ouvrent les bouches folles
De notre histoire sans paroles



Mimoria



Chì n’aveti fattu
Di i so ochja è di a so bocca
L’aveti missi luntanu
È fora di casa
Idda chì era quì notti è ghjornu

Chì n’aveti fattu
Di i so mani è di i so capeddi
È di tutti sti foli imparati dopu cena
Ma dittimi ciò chè vo n’aveti fattu
Vò cusì vistuti ed idda mandili è coda nera

Mi n’invengu di sti mesa caldi brusgenti
Quandu si campaia à l’appiattu
Mi n’invengu ma vo
Induva seti à tempu d’oghji
È chì aveti fattu di tutti sti ghjorna
Passati com’è canzona prestu imparata

A mani hè piena à dita
A machja piena à strida
È ci hè troppu silenziu in i vosci parolli

Ci hè una vittura chì passa
Ci hè un asinu chì ronca
Ci sò dui omini nant’à a strada
Ci hè un cantu di piità chì sbocca
Di a vadina


Mémoire

Qu’en avez vous fait
De ses yeux et de sa bouche
Vous les avez exilés
Et mis loin de la maison
Elle qui était présente nuit et jour

Qu’en avez vous fait
De ses mains et de ses cheveux
Et de ces légendes du soir après dîner

Mais dites-moi ce que vous avez fait
Vous ainsi vêtus et elle avec foulard et robe noirs

Je me souviens de ces mois de chaleur étouffante
Lorsqu’il nous fallait vivre cachés
Je m’en souviens mais vous
Où êtes-vous aujourd’hui
Et qu’avez-vous fait de tous ces jours
Passés comme un refrain oublié

La main est pleine de doigts
Le maquis rempli de cris
Et il y a trop d’absence dans vos propos

Il y a une voiture qui passe
Il y a une âne qui brait
Il y a deux hommes sur la route
Il y a un chant d’église qui émerge
Du ruisseau



Ùn pudeti micca



Ùn a di diti micca
Ùn ci hè mancu bisognu
Ùn pò micca capì
È pò ùn n’avemu micca provi
A ci pinsemu iè mà
Chì pudemu dì di più
Hè un mi pari un’imprissioni
Calcosa chè nò sintimu
Ma spiicalla hè un altru affari

Iè hè meddu ad ùn dì nudda
I parolli facini senta mirè
Poni tafunà u ciarbeddu
Peghju chè una badda
Allora hè meddu cusì
Ùn dimu nudda
Femu com’è s’è
Ùn sapissimi nienti
Nienti di stu tuttu
Chì si piaci vicinu à no


Vous ne pouvez pas

Ne le lui dites pas
C’est inutile
Il ne peut pas comprendre
Et nous n’avons pas de preuves
Nous le pensons oui mais
Que pouvons-nous ajouter
C’est un sentiment une impression
Quelquechose que nous ressentons
Mais pouvoir l’expliquer est une autre affaire

Oui mieux vaut ne rien dire
Vous savez bien que les paroles font mal
Elles peuvent trouer la tête
Mieux qu’une balle
Alors mieux vaut ainsi
Ne disons rien
Faisons comme si
Nous ne savions rien
Rien de ce tout
Qui se plaît auprès de nous



Hè cusì



Avà a vi possu dì
Ùn ci era nienti
Ci era un silenziu
Chì si pudia senta
È pò più nienti

Ma comu ùn ci era nienti

A vi dicu com’è vo
Mi pudeti veda
Ùn ci era nienti
È pò basta

Ma ani dittu quantunqua chè

V’ani dittu bucii
V’ani fattu creda
V’ani ingannatu
V’ani presu par un tuntulionu

Ùn vi rispondu mancu
Tamantu urgogliu

Ùn ci hè nienti à risponda
Hè cusì è pò basta

C’est ainsi

Mainteant je peux vous le dire
Il n’y avait rien
Il y avait ce silence
Que l’on pouvait entendre
Et puis plus rien

Mais comment est-ce possible

Je vous le dit comme vous
Pouvez m’entendre
Il n’y avait rien
Un point c’est tout

Mais il me semble qu’ils ont dit que

Ils vous ont menti
Ils vous ont fait croire
Ils vous ont triompé
Ils vous ont pris pour un imbécile

Je ne veux pas vous répondre
Quel orgueil

Il n’y a rien à répondre
C’est ainsi et c’est tout



U filu di a filara




Tanti volti l’aveti intesa
Intesa è rintesa
La me canzona sparulata
Ch’ùn possu che stà zittu
Ùn a vi cantaraghju più
Ma neci ùn possu fà
Aghju dà lacà corra
A filara è a so musica
Com’è no lintemu l’animali
Par l’invistita

Ùn sa da perda u filu
Partini tutti da a matina
Par vultassini à tempu è ora

Filu filara di sti filarati
Steti puri à senta
A me canzona sparullata

Sens de la sentence

Vous l’avez entendue tant et tant de fois
Entendue encore et toujours
Ma chanson sans parole
Qu’il me faut demeurer muet
Je ne la chanterai plus
Je ne peux faire semblant
Je vais laisser aller
Les mots et leur refrain
Comme nous laissons les bêtes
Pour l’invistita

Rien ne se perdra
Elles partent le matin
Pour revenir à l’heure

Sens sentence de ces suites
Vous pouvez rester pour entendre
Ma chanson sans parole




Omu è omini

“Faremu tutti insemu un omu senza fruntieri”
Tristan Cabral



Omini chì vinareti dopu
Omini di dumani è di dopudumani
Pinsareti à no com’è no à vo
U sbagliu vi sarà permissu
È calchi volti u tradimentu
Ch’ùn sareti mai chè omini è nienti di più

Omini d’arimani è di nanzi ad arimani
Pinseti puri à no com’è no à iddi
I sbaglìi l’aveti fatti
Ma i sgardi chjari l’aveti avutu
Ùn erati chè omini è nienti di menu

È vo omini di sti tempa
Parchì criditi chè no semu
Ciò chè no semu
Inquatrati di dui sempri
Ùn pudemu chè viaghjà scianchiendu


Homme et hommes


“Nous construirons ensemble un homme illimité”
Tristan Cabral



Hommes qui viendrez demain
Vous penserez à nous comme nous à vous
L’erreur vous sera permise
Et même la trahison
Car vous ne serez jamais que des humains

Hommes d’hier et d’avant hier
Pensez à nous comme nous pensons à eux
Vous avez commis des erreurs
Mais avez vu clair bien des fois
Puisque vous étiez des hommes et rien de moins

Et vous hommes du temps présent
Pourquoi croyez vous que nous sommes
Ce que nous sommes
Coincés entre deux éternités
Nous ne pouvons marcher qu’en boîtant



Puisia è virità

“ A puisia dìa essa fatta di tutti è micca da unu”
Lautréamont




S’è la me canzona canta chjaru
Putetavila cù voscu in stacca di vesta
O suttu à falzulettu
A cantareti s’è vo vuleti
A lachareti s’idda vi pari

S’è la me canzona canta falzu
Brusgetila da par vo
Lampetila in i lamaghajona
E pipeti fulminenta
Chè li casta si sparghjessini
In i cunfini senza noma

S’è la me canzona ùn vi canta micca
Aghjusteti ciò chè vo t’aveti
Arranghjeti è bulicheti
Sionti a voscia vulintà

La me canzona ùn hè di nimu
Ùn hà nè casa nè pighjò
Ùn hà nè tortu nè raghjò


Poésie et vérité

“ La poésie doit être faite par tousn non par un””
Lautréamont



Si ma chanson chante clair
Emportez la avec vous dans la poche du veston
Ou sous votre mouchoir
Chantez la si vous voulez
Oubliez la si bon vous semble

Si ma chanson ne chante pas
Brûlez la vous-mêmes
Jettez la dans ces ronciers
Et mettez y le feu
Que ses braises se répandent
Dans ces environs sans nom

Si ma chanson ne vous va pas
Ajoutez y ce que vous avez
Arrangez remuez
Selon votre désir
Ma chanson n’est à personne
Elle n’a ni port ni maison
Elle n’a ni tort ni raison



L’ ondici di sittembri

“ Possu scriva sta notti i versi più tristi”
Pablo Neruda



È possu scriva sta notti u cantu più sirenu
Hè mortu l’assassinu hè mortu u maciddà
I galona di a so vesta sò impiastrati à sangui
È dui mani taddati ghjocani di chitarra
Sutt’à l’astri turchini par sempri infritulli

È possu ancu pinghja u rittratu di quiddu
Pintu tanti volti è tanti volti dissinatu
Subra pagini di libra è foglii di quaderna

Hà piuvittu una acquatta di sorti maladetta
In sti nuttati bianchi
S’erani mossi i venta purtendu vituperiu
S’era firmata a stodia fatta da i christiani

È possu scriva sta notti u cantu più sirenu
Un cantu di dulcezza
Un cantu di vindetta
À ùn vedalu più u me corri si rallegra
Di sapellu creghju mi faci a vita chjara

E u ventu di a notti in celu ghjira è canta
U longu lamaghju di sti viti strappati

U 11 di dicembri 2006

 

Onze septembre

“Je peux écrire ce soir les plus tristes des vers”
Pablo Neruda



Cette nuit je peux écrire un chant très serein
L’assassin est mort il est mort le boucher
Les galons de sa veste sont maculés de sang
Et des mains tranchées font vibrer une guitare
Sous les astres bleus transis à tout jamais

Et je peux même tracer le portrait de celui
Qui fut peint tant de fois et tant de fois dessiné
Sur la marge des livres sur les feuilles des cahiers

Il est tombé une eau de très mauvaise augure
Durant ces nuits de pleine lune
Les vents d’infamie s’étaient levés
L’histoire des humains s’était figée

Cette nuit je peux écrire un chant très serein
Un chant de douceur
Un chant de vengeance
Ne plus le voir me réjouit le coeur
Le savoir mort me rend la vie légère

Et le vent de la nuit dans le ciel tourne et chante
La ronce barbelée de ces vies déchirées

11 décembre 2006



Com’è i deci dita di a mani

Pinsendu à Roger Caillois



1.

U bughju ùn l’aghju micca circatu par piacè. À l’inversu, aghju fattu ciò ch’e puddiu par metta lumu, ancu s’iddu s’hè sdrutu più di una volta.


2.

Di nimu ùn socu statu u schiavu. A me leghja à mi socu scelta da par mè. A me libartà, mancu una volta l’aghju vulsuta sopra mura è muradona.


3.

U chjodu rughjinosu è a cuddana d’oru ani avutu u stessu valori. Di a stessa manera u capizzonu à denti bianchi è u capitusu sdinticatu sò stati intesi


4.

Da venda ùn ci era nudda è da cumprà listessi
.Ùn aghju cumpratu ch’e ùn aviu solda, ùn aghju vindutu ch’e ùn aviu prezzu.


5.

Mai ùn aghju dittu “socu eiu” par vedami affacà ogni matina davanti à u spechju di a pagina. Calchi volta ùn mi socu mancu salutatu.


6.

Par u maiò aghju avutu più chè u dispetu: u lacha corra. U minò mai ùn aghju vulsutu tenalu in mani.


7.

Hè quandu una cosa ùn hè micca ciò ch’edda hè ch’edda s’assumidda u più à idda stessa. Aghju suitatu a cosa senza permissioni.



8.

Mai ùn aghju dittu chì eru magu o inviatu par calchissia. I maga ani i so syndicata è calchissia si pò sbruglià da par iddu. Ma ùn possu micca dì chè solu aghju fattu com’è u paniteri faci u so pani.


9.

Quand’ edda ùn vinia micca ùn aghju micca circatu à falla vena. Aghju aspitatu, ùn aghju micca spiratu.Quand’edda hè vinuta à l’ora o in i ritardu, a me porta l’aghju aparta. Più di una volta mi socu stunatu di i so pani vechji è di i so scarpa novi. Mi socu stunatu, ùn mi socu micca offesu.


10.

Più chè i prigheri arranghjacciati è bè lisciati, mi so piacciutti i parolli minuzzati è a sutta scrittura.
Quand’è a parolla metti à scapà, l’alta raghjò cummencia à cantà.


Comme les dix doigts de la main

En pensant à Roger Caillois


1.

Je n’ai pas choisi l’obscurité par plaisir. J’ai, au contraire, fait ce que j’ai pu pour éclairer même si cette lumière s’est diluée plus d’une fois.


2.

Je n’ai été l’esclave de personne. C’est en solidaire que j’ai choisi ma loi. Pas une seule fois je n’ai voulu voir ma liberté sur les murs et les murailles.


3.

Le clou rouillé et le collier d’or ont eu la même valeur.Le crâne d’oeuf aux dents blanches et le crâne rasé à la bouche édentée ont été entendus pareillement.


4.

Il n’y a rien eu à vendre ni à acheter. Je n’ai pas acheté car je n’avais pas d’argent, je n’ai pas vendu car je n’avais pas de prix.


5.

Je ne me suis jamais dit “c’est moi” en me voyant apparaître chaque matin devant le miroir de la page. Quelques fois je ne me suis pas même salué.


6.


Envers le grand j’ai eu plus que de l’irrespect: de l’indifférence.
Je n’ai pas voulu posséder le petit.


7.

C’est lorsqu’une chose n’est pas ce qu’elle est qu’elle se ressemble le plus.
J’ai suivi la chose sans permission.


8.

Je n’ai jamais dit que j’étais un mage ou invoyé par quelqu’un. Les mages ont leurs syndicats et ce quelqu’un peut fort bien se débrouiller seul. Mais je ne peux pas dire que j’ai tout fait seul, un peu comme le boulanger fait son pain.


9.

Quand elle ne venait pas je n’ai pas chercher à la faire venir. J’ai attendu, je n’ai pas espéré. Lorsqu’elle est venue à l’heure ou en retard, j’ai ouvert ma porte. Je me suis étonné plus d’une fois, de ses vieux habits et de ses chaussures neuves.
Je m’en suis étonné, je ne m’en suis pas offensé.

10.

Bien plus que les prières lissées pour la circonstance, j’ai aimé les miettes de propos
et les notes infrapaginales.
Lorsque le verbe s’échappe, la haute raison se met à chanter.